Home Faits Divers Le verdict dans l’affaire du fratricide de Puget-sur-Argens sera rendu ce mardi
Faits Divers

Le verdict dans l’affaire du fratricide de Puget-sur-Argens sera rendu ce mardi

Le 17 mai 2021, c’est depuis la maison d’arrêt de Draguignan que Marius Garnero a participé à la reconstitution des faits du 2 juin 2019. Casque de réalité virtuelle sur la tête, une modélisation en trois dimensions de la scène de crime devant les yeux.

Réalité virtuelle, « vérité virtuelle »

Une pratique peu commune mais rendue nécessaire du fait des menaces dont le mis en cause affirmait faire l’objet depuis qu’il avait tué son frère Ambroise à Puget-sur-Argens deux ans auparavant. Menaces matérialisées par la destruction de son habitation et de sa voiture en représailles quelques jours après les faits…

« Une réalité virtuelle pour une vérité virtuelle » ne manque pas de relever son avocat Me Thierry Fradet à l’adresse de la cour d’assises du Var, pointant du doigt les limites de l’exercice.

La modélisation, dont la cour a pris connaissance ce lundi, permet bien de « se mettre à la place » du tireur, assis dans sa Mini Cooper, arme à la main. Mais elle n’éclaire que peu sur la position des parties civiles et de la victime principale, Ambroise, atteint de trois projectiles alors qu’il se trouvait derrière la porte.

Celle-ci était-elle fermée comme l’a toujours certifié Marius Garnero? Entrouverte de 15, 50 ou 60cm comme l’ont imaginé les experts dans différentes hypothèses?

« Tout le monde l’a vu, il a vu tout le monde »

Seule certitude selon eux, la trajectoire de deux des huit projectiles ayant atteint l’entrée de la maison « n’a pu être réalisée porte fermée ». Celle-ci a donc été un instant en mouvement.

Ce qui soulève une autre interrogation: Marius Garnero savait-il qu’Ambroise, Jean et Joséphine et leurs enfants, Frédéric et Gino, étaient dans la maison?

« Pour moi, elle était fermée, objecte l’accusé. Mais si les experts disent le contraire… En tout cas, je n’ai vu personne. Je ne voulais tuer personne. Je voulais faire peur, que Frédéric (son neveu, Ndlr) arrête de tourner autour de ma fille. »

Son frère Jean, avec lequel les relations ont toujours été tendues, affirme le contraire à la barre.

« Tout le monde l’a vu, il a vu tout le monde. Gino l’a entendu arriver en voiture. On s’est tous avancé vers la porte. Nous l’avons vu prendre l’arme. On a tous reculé. Frédéric a pris sa mère et a plongé vers la salle de bains. Moi, je me suis décalé à droite. Ambroise était plus dans l’axe… La porte se fermait toute seule, on a entendu les tirs, il est tombé. »

Quelques instants auparavant, Ambroise était arrivé accompagné de son neveu. Ce dernier, qui avait eu une relation intime avec la fille de Marius, venait de tomber sur son oncle au South Wake Park de Puget-sur-Argens. Il avait fui la confrontation et pensait avoir trouvé refuge chez ses parents.

« Ambroise s’est assis et nous a dit qu’il fallait qu’on aille voir Marius, se rappelle Jean. Qu’un jour, il allait faire du mal à quelqu’un. C’était ses derniers mots… »

Deux minutes plus tard, treize tirs visaient l’entrée de l’habitation.

Related Articles

Faits Divers

Accident de Pierre Palmade : ce qui s’est dit lors des gardes à vue

L’humoriste a déclaré lors de sa garde à vue ne pas se...

Faits Divers

Un véhicule à contresens sur l’A8, la circulation coupée pendant une demi-heure à hauteur de Nice ce jeudi soir

En raison d'un véhicule circulant à contresens en direction d'Aix, le trafic...

Faits Divers

Le pizzaïolo reconnaît son cambrioleur dans une galerie marchande de Cenon, en Gironde

Le suspect a été interpellé. Le jeune homme de 18 ans est mis...