News 24-7

les derniers habitants de la tour Obélisque doivent quitter les lieux

Le 5 novembre dernier, le préfet de la Seine-Saint-Denis avait pris un arrêté pour ordonner l’évacuation de ce bâtiment, en raison d’un risque imminent d’effondrement des balcons.

Le jour qu’ils redoutaient tant est arrivé. Les derniers habitants de la tour Obélisque, à Epinay-sur-Seine, ont jusqu’à ce mercredi soir pour quitter définitivement les lieux, épilogue d’un dossier qui a duré de très longues semaines.

Risque d’effondrement des balcons

Levés aux aurores, certains habitants, parmi la trentaine restante, ont commencé leur déménagement dès ce matin. C’est le cas de Namisse, qui tire un trait sur plusieurs années de sa vie passée dans cette tour avec sa famille:

« On est obligé de se lever de bonne heure parce que sinon, vers les coups de 8h-9h, il y a plein de camions, on ne peut pas déménager, on ne peut rien faire », explique-t-il au micro de BFM Paris.

Le 5 novembre dernier, le préfet de la Seine-Saint-Denis avait pris un arrêté pour ordonner l’évacuation de ce bâtiment, en raison d’un risque imminent d’effondrement des balcons. La décision avait été prise après la réalisation de plusieurs expertises au mois d’octobre, dont la plus pessimiste concluait que la tour entière était en danger.

Une première évacuation avait eu lieu le 15 novembre dernier, du côté de la façade sud de la tour, considérée comme la plus dégradée. Mais les habitants restants avaient déposé un recours pour demander la suspension de l’arrêté. Une requête finalement rejetée par le tribunal administratif de Montreuil.

Des situations de relogement compliquées

Désormais contraints de partir, nombre d’habitants dénoncent leur situation de relogement qu’ils jugent inappropriés par rapport à leur situation. Pour le moment, 49 solutions d’urgence ont été proposées et 52 ménages seraient sans solution de relogement.

« Ils ont donné un hôtel à ma mère -un deux pièces- à Courbevoie (à environ 1h de transports d’Epinay-sur-Seine). Mais mes petits frères ont école et moi aussi, c’est chaud. On peut pas aller à l’école ici et habiter là bas », s’inquiète Namisse.

Cet immeuble de 32 étages et 164 logements a été construit dans les années 1970 et est l’un des plus hauts du département. Sa démolition est prévue pour 2028.

Clémence Renard avec Shéhérazade Ben Essaid



Source link

admin
the authoradmin

Laisser un commentaire