Home En bref Les élus du Val-d’Oise manifestent devant la préfecture contre à la hausse des charges
En bref

Les élus du Val-d’Oise manifestent devant la préfecture contre à la hausse des charges

C'est à l'appel du maire (Lr) de Franconville, Xavier Melki, que ce rassemblement s'était organisé.
C’est à l’appel du maire (Lr) de Franconville, Xavier Melki, que ce rassemblement s’était organisé. (©T.H./La Gazette du Val-d’Oise)

Un rassemblement historique de la bouche de certains élus. « C’est rare ce qui se passe aujourd’hui », s’est exclamé, pour sa part, le sénateur (Dvd) Sébastien Meurant devant ses compagnons politiques.

Jeudi 2 février 2023, ils étaient près de 150 maires et conseillers municipaux de toutes les grandes communes mais aussi de villages du Val-d’Oise, quasiment exclusivement de droite, mais également la présidente du conseil départemental Marie-Christine Cavecchi (Lr) et les sénateurs Arnaud Bazin (Lr) et Sébastien Meurant, à s’être réunis devant la préfecture du département, à Cergy, pour lancer « un cri du cœur, un cri d’alarme », selon les propos de Xavier Melki (Lr).

https://www.facebook.com/plugins/post.php?href=https://www.facebook.com/xaviermelki/posts/940627727073841:940627727073841&show_text=true&width=500

C’est à l’appel du maire (Lr) de Franconville que ce rassemblement s’était organisé pour dénoncer l’augmentation des dépenses de fonctionnement pour les collectivités territoriales prévue par la réforme des retraites.

« Nous sommes désespérément seuls »

« La situation est grave », a lâché en préambule le conseiller régional qui s’était mis en grève, de manière symbolique, dénonçant un « État coupable », une « ville asphyxiée », des budgets « sacrifiés » sur le calicot qu’il avait déployé quelques jours plus tôt sur le balcon de l’hôtel de ville.

Nous sommes désespérément seuls face à la hausse de nos charges, face à la flambée des dépenses d’énergie, face à la hausse de la masse salariale et face aux conséquences terribles de la crise inflationniste sur les budgets de nos collectivités. Sans un soutien adapté de l’État, nous n’aurons que deux options pour faire face à cette hausse massive de nos dépenses de fonctionnement : réduire le nombre et la qualité des services publics essentiels, augmenter les recettes avec soit un accompagnement de l’Etat, soit à la poche du contribuable. Si on est là aujourd’hui c’est qu’on a peut-être besoin de l’État parce que le contribuable arrive à bout de souffle. 

Xavier MelkiMaire (Lr) de Franconville

Et le maire de Franconville de préciser : « J’ai un budget de 55 millions d’euros, aujourd’hui il m’en manque 4. Si le budget est déséquilibré, la ville est mise sous tutelle. »

« La goutte d’eau qui fait déborder le vase »

Alors que la majorité des communes du département votent en ce moment leur budget pour l’année 2023, cette hausse des cotisations « est la goutte d’eau qui fait déborder le vase », s’agace le maire (Lr) d’Argenteuil, Georges Mothron, alors même que « le vase était plein depuis de nombreuses années ».

Pour la plus grande ville du département (108 567 habitants), cette augmentation s’élève à 300 000 euros. « Nous avons déjà dû rajouter un million d’euros pour le groupe scolaire qui a ouvert à la rentrée du fait de la hausse du prix des matières premières », souligne l’élu qui précise que 7 millions d’euros pour les fluides sont également venus s’ajouter au budget en 2023. « Qu’on soit des grandes villes ou des villages, nous rencontrons le même problème. Comment équilibrer nos budgets sans fermer certains services ? », interroge Georges Mothron.

« La faillite des services publics »

Une situation qui a poussé de nombreux élus de petites communes à rendre les armes, comme le souligne Benjamin Demailly, président du Pnr et élu à Ennery. 

Depuis 2020, dix maires du Vexin ont déjà démissionné. Ce n’est pas seulement l’équilibre du budget des communes qui est en cause, mais aussi la faillite des services publics et la faillite de la République.

Benjamin DemaillyPréident du Pnr et élu à Ennery

Quelques instants plus tôt, Arnaud Bazin avait assuré aux maires que « le Sénat est vos côtés dans tous vos combats ». Dans la foulée, Florence Portelli, maire (Lr) de Taverny et membre du bureau de l’Association des Maires de France, dénonçait « un manque de réflexion globale », appelant ainsi à « une réforme profonde sur la fiscalité locale ».

Si les finances des collectivités étaient au cœur des protestations des maires, ces derniers déploraient également « un manque de reconnaissance et de considérations des élus ».

Un sentiment que ne partage pas le préfet du Val-d’Oise, Philippe Court, regrettant « des propos injustes » avant de rappeler que les aides apportées aux villes ces derniers mois, avec 490 millions d’euros alloués dans le cadre de l’agence nationale de rénovation urbaine (Anru) depuis son arrivée, mais également le plan Val-d’Oise annoncé par Jean Castex en 2021.

« Nous sommes des compagnons de route »

« L’appui qu’apporte l’État à ce territoire est extrêmement apportant », relève Philippe Court après avoir reçu une délégation d’une dizaine de maires durant un peu plus d’une heure. Un entretien au terme duquel le préfet a rapporté « des échanges courtois » avant d’assurer que « le représentant de l’État que je suis et les maires, nous sommes des compagnons de route. On partage tous les enjeux, les moments un peu difficiles que peut traverser la société. Le chemin que nous avons à parcourir, nous le ferons ensemble. »

Related Articles

En bref

Toulouse. Ce commerce atypique du centre-ville va fermer définitivement ses portes

Martine Culier aura été pendant 40 ans dans le monde de la...

En bref

Rénovation de l’avenue Gabriel Le Bras à Paimpol : priorité aux rues adjacentes

Les travaux de réaménagement de l’avenue Gabriel Le Bras à Paimpol démarreront...

En bref

Centre-Bretagne : le cadeau de Noël multimédia de cette commune à ses administrés

Voilà à quoi ressemblera l’espace multimédia Tech-Noal de Noyal-Pontivy (Morbihan). ©Mairie-NoyalPontivy Les...

En bref

Une médaille pour la secrétaire de La Veille-Lyre

Nadége est depuis 20 ans au service de la commune, avec le maire...