Formule 1

les gros vibreurs de Montréal seront un « vrai test » pour les F1

Le Français Pierre Gasly estime que les pilotes vont devoir prendre leurs précautions ce week-end sur le tracé très technique de Montréal et veiller à éviter les vibreurs avec des monoplaces devenues au fil des années beaucoup plus rigides et surtout plus lourdes que leur prédécesseurs.

Ce week-end, la F1 fait son grand retour à Montréal pour y disputer le Grand Prix du Canada pour la première fois depuis la saison 2019 (les éditions 2020 et 2021 ayant été annulées à cause de la pandémie). Mais la dernière fois que les pilotes ont roulé sur le tracé Gilles Villeneuve, ils étaient au volant de monoplaces d’ancienne génération plus légères et moins rigides que les actuelles, ce qui était un véritable atout pour pouvoir franchir les gros vibreurs du circuit canadien, notamment ceux situés sur la dernière chicane – plus communément appelée « le Mur des Champions » – et où ils pouvaient gagner énormément de temps sur un tour rapide en grimpant sur les vibreurs.

Mais cette année, la réglementation technique de la Formule 1 a beaucoup évolué et les monoplaces sont désormais bien plus lourdes et surtout plus rigides, ce qui laisse penser à Pierre Gasly qu’il faudra absolument éviter les vibreurs cette année contrairement aux années précédentes : « Le Canada est un autre circuit urbain, et je pense que cette année le circuit de Montréal sera vraiment difficile, surtout avec ces nouvelles voitures qui sont très rigides, beaucoup plus que leurs prédécesseurs. » estime le pilote AlphaTauri qui a terminé P5 au Grand Prix d’Azerbaïdjan dimanche dernier à Bakou.

« Les gros vibreurs et les hautes vitesses seront un vrai test, tout comme le dernier virage et le fameux Mur des Champions. Je pense qu’il va falloir éviter beaucoup plus les vibreurs, alors qu’auparavant, il fallait les franchir pour faire un tour rapide. »

Sportivement, Pierre Gasly s’attend à rencontrer un peu plus de difficultés ce week-end par rapport aux deux courses précédentes, notamment parce que le tracé canadien est composé de virages plus rapides que Monaco ou Bakou, ce qui n’est pas le point le plus fort de sa monoplace depuis le début de l’année : « Bien que ce soit un circuit urbain comme les deux courses précédentes, c’est un tracé beaucoup plus rapide, avec des virages plus rapides. » insiste Gasly.

« Sur le papier, cela suggère que cela pourrait être un peu plus compliqué pour notre voiture, cela signifie donc que nous devrons nous assurer d’être parfaitement préparés afin d’être en mesure d’exploiter le plein potentiel de notre package. Sur le plan opérationnel, l’équipe doit être au top de sa forme si nous voulons obtenir les résultats que la voiture est capable de fournir, comme nous l’avons vu à Bakou. »





Source link

Quelle est votre réaction ?

Articles Similaires

1 of 12 676

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.