En bref

Les hérissons : une espèce en voie de disparition d’ici 2050?

Les vagues de chaleurs précoces entrainent, en addition de leur effet sur la population humaine, une vague de victime à épines : les hérissons. Sarah Stahl, gère un refuge consacré à ces petits mammifères dans l’Essonne. Elle est catégorique : pour elle, les situations critiques se multiplient.

« On constate un afflux de hérissons et c’est exponentiel. D’année en année, on en reçoit de plus en plus dans les centres de soins, pour de multiples causes. Raconte-t-elle, il y a un ensemble de facteurs, dont le dérèglement climatique. Le hérisson, c’est un peu l’ours polaire de nos jardins. C’est l’animal symbolique de France qui alerte sur ces problèmes. »

Le réchauffement climatique et les infrastructures humaines mettent en danger les hérissons

La sécheresse des sols empêche les hérissons de gratter pour aller chercher des vers ou des escargots, à la base de leur alimentation. L’adoucissement des hivers est aussi un problème pour ces mammifères à épines. Quand il fait trop chaud, ils n’hibernent pas ou moins longtemps. Cela les pousse à se reproduire de plus en plus tôt dans l’année, laissant les petits à la merci des gelées entre février et mai.

Un autre facteur très important reste les infrastructures humaines : routes, voies ferrées, cloisonnement des jardins et destruction des haies par exemple. Des mesures peuvent être prises à l’échelle individuelles pour permettre à ces petits mammifères de se déplacer plus facilement de jardins en jardins, et ainsi garantir leur sécurité.

Une étude de l’association britannique « People’s Trust for Endangered Species »  établit que les populations de hérissons ont quasiment disparu des zones rurales au Royaume-Uni. Les insecticides utilisés dans l’agriculture contribuent à raréfier la nourriture des hérissons.

La population de hérissons d’Europe en déclin

Au Royaume-Uni et en Allemagne, des études ont confirmé un déclin drastique de la population de hérissons. Une perte de 97% depuis 1950, et  une population au moins diminuée de moitié depuis les années 2000 au Royaume-Uni .

En France, une enquête de population similaire, la mission hérisson, est en place depuis 2020, mais elle ne permet pas encore de tirer de conclusions. 

Les tests de population de hérissons se font de manière collaborative. Chaque personne qui le souhaite peut installer dans son jardin un tunnel pendant cinq jours avec un appât. Sous le tunnel sont placés de la peinture et des feuilles afin de laisser une trace du passage, ou non, d’un hérisson. Les résultats sont ensuite transmis à l’organisme, piloté par la Ligue de protection des Oiseaux, qui se charge de centraliser les données.

Les données de la mission hérisson devraient être exploitables à partir de 2023. On peut s’attendre à des résultats similaires au Royaume-Uni et en Allemagne. 

« Moi je pense  – et c’est ce que pensent aussi les scientifiques qui font des comptages – que d’ici 2050, il risque de plus y en avoir. » s’attriste Sarah Stahl.



Source link

Quelle est votre réaction ?

Articles Similaires

1 of 12 760

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.