Sports

Leur Tour du Mont-Blanc, ils l’ont bouclé en cinq jours !

Thomas Diboues et Clément Grandin au départ du Tour du Mont-Blanc.
Thomas Diboues et Clément Grandin au départ du Tour du Mont-Blanc. ©E.Diboues

Ils l’ont fait ! Thomas Diboues et Clément Grandin, 20 ans tous les deux cette année, ont réalisé le Tour du Mont-Blanc en randonnée. Ils sont partis le 1er septembre du village des Houches, « avec l’objectif de le boucler ce tour en sept jours. » Ils ont fait mieux puisqu’ils étaient de retour au même point cinq jours plus tard ! 

Un projet de longue date

Les deux copains sont satisfaits et même un peu surpris de leur performance, car ils n’avaient pas vraiment eu le temps de se préparer cet été, du fait d’un emploi du temps bien chargé : « Nous étions saisonniers à la police municipale de Quiberon et en parallèle, on prenait des gardes au centre de secours », explique Thomas.

Ce défi, ils tenaient à le faire cette année.

On en parlait depuis longtemps, c’était une idée de Clément qui fait du sport en montagne régulièrement. En plus, ses parents l’ont fait l’été dernier, on avait vraiment envie de le faire nous aussi.

Armés de leurs bons conseils, et aussi grâce à leur condition physique de sportifs (ils sont pompiers volontaires au centre de secours de Locminé depuis deux ans et demi), Thomas et Clément sont donc partis vivre leur aventure dans les Alpes avant la reprise des cours.

La Corse a prochaine fois ?

Au programme : 170 kilomètres mais surtout 10 000 mètres de dénivelé ! Le premier jour, ils ont parcouru 28 kilomètres. Le lendemain 33, puis 32, 31 et enfin 42 kilomètres le cinquième jour.

Ce découpage, ils ne l’avaient pas prévu initialement : « Le cinquième jour, le midi, on était en haut d’un col. Il nous en restait un et une descente. On se disait qu’on irait le plus loin possible, comme ça on en aurait moins le dernier jour. Et puis finalement, on s’est lancé le défi de terminer le jour même, avant minuit. » Ce qu’ils réussiront, malgré la fatigue. Heure d’arrivée : 23 h 15 !

Nous sommes agréablement surpris d’avoir réussi, même si la récupération est plus longue…

Avant de commencer, ils savaient que ce serait « costaud » ; aujourd’hui ils confirment, ça l’est ! « Le plus difficile, ce sont les descentes et la fatigue générale sur la fin. Car il y a la marche mais les nuits ne sont pas top en bivouac donc ça pèse au fil des jours. Le plus dur pour nous, ça a été la dernière descente, après le col Brévent (2525 m d’altitude). » 

Vidéos : en ce moment sur Actu

Au-delà de la performance sportive, ils ont adoré les Alpes, « aussi bien côté français, que Suisse ou italien, ce sont vraiment des décors incroyables ! »

Maintenant qu’ils ont goûté à ce genre de défi, ils ont l’intention de réitérer, « peut-être en Corse, où ce sera plus technique. Là, il faut compter neuf à douze jours de marche. Pourquoi pas ? » Une seule certitude : « ce sera avec un peu plus de préparation physique. »

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre La Gazette du Centre Morbihan dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.





Source link

Quelle est votre réaction ?

Articles Similaires

1 of 13 134

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.