Home En bref Ligue des champions : le PSG malmené par le Bayern malgré l’entrée de Mbappé
En bref

Ligue des champions : le PSG malmené par le Bayern malgré l’entrée de Mbappé

Le tir de Mbappé du PSG après une percée trouve la tête du gardien du Bayern Munich Yann Sommer en huitième de finale de C1 le 14 février 2023 à Paris.
Le tir de Mbappé du PSG après une percée trouve la tête du gardien du Bayern Munich, Yann Sommer, en huitième de finale de la Ligue des champions, le 14 février 2023 à Paris. (© AFP/Alain Jocard)

Paris est apathique : impuissant face au Bayern Munich (0-1) malgré le revenant Kylian Mbappé, le PSG s’est placé en situation délicate mardi en huitièmes de finale aller de Ligue des champions, s’enfonçant dans la crise…

À lire aussi

  • Bouchons, temps de trajet, pire journée pour conduire … les chiffres de la circulation à Paris

Paris, ville lumière… éteinte

Cela fait trois défaites d’affilée pour les Parisiens et celle-ci fait mal, très mal au club de la capitale. Rien n’est joué avant le match retour à Munich le 8 mars, évidemment, mais les Parisiens se sont mis dans de beaux draps en s’inclinant au Parc des Princes, ravivant les pires cauchemars du club champion de France, celui d’une nouvelle élimination précoce dans cette compétition qu’il convoite tant.

Comment expliquer qu’une équipe cumulant autant de stars et de clinquant puisse livrer une partition aussi terne… jusqu’aux dix dernières minutes où Paris a poussé, en vain, sans parvenir à égaliser ?

Entrée de Kylian Mbappé, exclusion de Benjamin Pavard

L’entrée à l’heure de jeu de Mbappé, revenu précocement de blessure, n’a pas suffi pour arracher le nul, son but ayant été annulé pour un hors-jeu préalable de Nuno Mendes (81e). Idem pour l’exclusion du défenseur munichois Benjamin Pavard pour un deuxième carton jaune pour tacle dangereux sur Lionel Messi (90e »2), dans une fin de match où Paris poussait.

Au final, il n’y a qu’un but de débours avant la seconde manche, mais le PSG de Christophe Galtier a longtemps montré un visage très timoré, replié dans sa surface, presque du jamais vu pour ce PSG de l’ère qatarie lors d’un match couperet de Ligue des champions. Mais les joueurs parisiens avaient sans doute besoin de se rassurer après leurs récentes contre-performances.

Résultat, le Bayern a longtemps tourné autour de la surface parisienne, multipliant les banderilles.

Première frappe en seconde période 

Et le PSG, qui titularisait le tout jeune Warren Zaïre-Emery (16 ans), a dû attendre le temps additionnel de la première période pour enregistrer sa première frappe du match (45e »2), un coup franc de Messi dans le mur !

En toute logique, le Bayern a fini par trouver la faille : oublié au second poteau sur un centre d’Alphonso Davies, Kingsley Coman a marqué d’un plat du pied (53e) et refusé de célébrer, lui, le joueur formé au PSG.

Le Bayern a même eu des occasions d’assommer les Parisiens (61e, 63e, 64e), sauvés à chaque fois par leur gardien Gianluigi Donnarumma.

Dans ce scénario contraire, Galtier n’a eu d’autre choix que de lancer Mbappé. L’attaquant de Bondy a eu quelques fulgurances, comme cette percée supersonique (74e), mais sa révolte n’a pas été assez contagieuse.

Et voilà le Paris Saint-Germain ramené à ses démons, un an après sa cruelle élimination dès les huitièmes de finale par le Real Madrid (1-0, 1-3)… Les trois semaines jusqu’à Munich vont être longues.

Source : © 2023 AFP 

Related Articles

En bref

Amiens. Ivre, un automobiliste jette son serpent dans la voiture de police

Le serpent a été jeté dans le véhicule de police. (©Police nationale...

En bref

Réunion publique : la commune de Merville-Franceville souhaite affirmer « sa centralité »

Oliver Paz et le conseil municipal. ©Le Pays d’Auge  Avec la pandémie,...

En bref

A Louvigné, le Tournevis présente son premier meuble surcyclé

De gauche à droite : Jean-Claude Rault, vice-président aux équipements culturels de...

En bref

PHOTOS. Grève contre la réforme des retraites à Nice : « On lâchera rien ! »

A Nice, ils étaient 15 000 manifestants ce jeudi 16 février selon...