l’OM accroché par Rennes 1-1 au Vélodrome avant OL-PSG


Europe 1 avec AFP
, modifié à

La première période pour Rennes, la deuxième pour l’OM et un point pour chacun : Bretons et Provençaux se sont séparés sur un match nul 1-1 dimanche au Vélodrome lors de la 8e journée de Ligue 1, dans laquelle Marseille est toujours invaincu et provisoirement leader. Egalité donc et buteur identique, Guendouzi ayant marqué contre son camp puis dans le bon but, celui gardé par Steve Mandanda, de retour à Marseille sous le maillot rennais.

Celui qui a protégé la cage marseillaise à 613 reprises, un record, a été acclamé par son ancien public, qu’il a salué avant et après le match et qui a scandé pour lui « Il Fenomeno », le chant qui lui est dédié depuis des années à Marseille.

Au bout du compte, le résultat semble assez juste et logique entre deux équipes fatiguées par la répétition des matchs et sans doute marquées par les résultats européens de la semaine, Marseille ayant été battu par Francfort en Ligue des Champions (0-1) et Rennes tenu en échec par Fenerbahçe en Ligue Europa (2-2).

Accroché à domicile, l’OM sera peut-être déçu, mais alors que la trêve internationale arrive, les Marseillais bouclent invaincus une première partie de championnat réussie, avec six victoires et deux nuls. Avant les matchs de Lens et du PSG dimanche soir, ils sont même provisoirement en tête du championnat.

Rennes domine

Tous les « Européens » de la Ligue 1 tirent un peu la langue au bout d’une séquence terrible de sept matchs en trois semaines mais au Vélodrome, Rennes a longtemps semblé plus fringant que l’OM, malgré deux jours de récupération en moins. Bien entrés dans le match, les hommes de Bruno Genesio ont pressé haut l’OM, dont le jeu a pendant toute la première période considérablement manqué de vitesse et laissé Alexis Sanchez très esseulé devant.

Derrière lui, Mattéo Guendouzi confirmait alors ses limites en position haute alors qu’Amine Harit ne faisait pas mieux que Dimitri Payet ou Gerson mardi face à Francfort. Le N.10 marseillais et le Brésilien avaient à peu près tout raté et l’ont payé d’un passage sur le banc de touche, mais c’est comme si en ce moment, Igor Tudor ne tombait jamais juste au moment de choisir les noms de ceux qui composeront la ligne de deux de son 3-4-2-1.

Jusqu’à la pause, ce sont donc bien les Bretons qui étaient les plus dangereux avec de premières occasions signées Arthur Theate sur corner, Adrien Truffert d’une frappe à ras de terre ou Flavien Tait de la tête.

Veretout décevant

Le but rennais est ensuite arrivé assez logiquement, au bout d’un rush d’Hamari Traoré, dont le centre a été poussé dans les filets de Pau Lopez par Guendouzi, buteur contre son camp (1-0, 25e). Juste après, Lopez a sauvé devant Gouiri et l’OM était au bord de la rupture malgré une poignée d’occasions moyennement franches, signées Guendouzi (8e) ou Nuno Tavares (17e et 23e). La deuxième période en revanche a donc été presque entièrement marseillaise, au point que Rennes a considérablement ralenti le jeu en fin de match, manifestement bien content ce ce point pris.

A la 52e minute, l’OM a égalisé par Guendouzi, qui s’est donc rattrapé en reprenant de la tête au premier poteau un corner remarquablement frappé par Jordan Veretout, jusque-là très loin du niveau équipe de France, alors qu’il s’apprête à rejoindre les Bleus.

Installé dans le camp rennais, volontaire et dominateur, l’OM n’a pourtant pas été extraordinairement dangereux. Sur les deux bancs, il y avait aussi des joueurs pour faire mal, mais ni Payet, Cengiz Under ou Luis Suarez d’un côté, ni Lovro Majer, Jérémy Doku ou Arnaud Kalimuendo de l’autre n’ont pu peser sur le match.



Source link

admin

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.