Faits divers

Marseille : après les assassinats, la douleur de celles qui restent


Vingt-cinq cercueils sont empilés dans la sacristie. Halima Bousseta l’appelle « la chambre froide ». Vingt-cinq petites boîtes en carton, et autant d’affiches en guise de pierres tombales : à « Sarah, 19 ans, notre enfant d’amour », à « Rayanne,…



Source link

Quelle est votre réaction ?

Articles Similaires

1 of 12 679

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.