News 24-7

Méthane, déforestation, voitures thermiques… Quels sont les engagements à retenir de la COP26?

Des engagements sur la réduction des émissions de méthane ou pour enrayer la déforestation ont été pris pendant la COP26 qui s’est déroulée pendant deux semaines à Glasgow.

La COP26 de Glasgow était censée toucher à sa fin ce vendredi après-midi. Mais les discussions se poursuivront jusqu’à samedi, afin de parvenir à un compromis. D’âpres débats sur les énergies fossiles, la réduction des émissions et l’aide aux pays pauvres opposaient les négociateurs. BFMTV.com fait le point sur les principaux engagements qui ont néanmoins déjà été annoncés.

· Arrêt du financement aux énergies fossiles à l’étranger sans techniques de capture de carbone

La France a rejoint la coalition de pays s’engageant à mettre un terme d’ici à la fin 2022 au financement à l’étranger de projets d’énergies fossiles sans techniques de capture du carbone, a annoncé ce vendredi la ministre de la Transition écologique.

La semaine dernière, lors de la COP26 à Glasgow, une vingtaine de pays dont les Etats-Unis, rejoints depuis par quelques autres dont l’Allemagne, avaient lancé cette coalition saluée comme un premier pas dans la bonne direction par les ONG climat.

· Arrêt de la déforestation d’ici à 2030 

Une centaine de pays, dont certains pointés du doigt pour une déforestation intense comme le Brésil, ont pris l’engagement solennel de préserver les forêts d’ici à 2030.

Afin d’enrayer leur dégradation et restaurer ces « cathédrales de la nature », les dirigeants de plus de 100 pays abritant 85% des forêts mondiales, dont la forêt boréale du Canada, la forêt amazonienne au Brésil ou encore la forêt tropicale du bassin du Congo, ont adopté une déclaration sur les forêts dans le cadre de la conférence climatique de l’ONU à Glasgow.

L’initiative, qui bénéficiera d’un financement public et privé de 19,2 milliards de dollars (16,5 milliards d’euros) sur plusieurs années, est essentielle pour parvenir à l’objectif de limiter le réchauffement climatique à +1,5°C par rapport à l’ère pré-industrielle, selon le Premier ministre britannique Boris Johnson, hôte de l’événement.

· La Chine et Etats-Unis annoncent un accord surprise

La Chine et les Etats-Unis, premiers émetteurs mondiaux de gaz à effet de serre, ont annoncé, au cours de la COP 26, un accord surprise, soit une « déclaration conjointe sur le renforcement de l’action climatique ».

Dans leur déclaration conjointe, les deux principales puissances mondiales, dont la rivalité avait semblé ces derniers mois déborder sur le terrain de la diplomatie climatique, s’engagent à faire plus pour lutter contre le réchauffement, dont les conséquences se font de plus en plus sentir à travers le monde: sécheresses, inondations, méga-feux, avec leur cortège grandissant de victimes et de dégâts.

Elles promettent, sans détails très précis, de « prendre des mesures renforcées pour relever les ambitions pendant les années 2020 », réaffirmant leur attachement aux objectifs de l’accord de Paris, un réchauffement limité « bien en deçà » de 2°C par rapport à l’ère pré-industrielle, et si possible à 1,5°C.

· Des engagements vers la fin des voitures thermiques neuves d’ici à 2040

Une trentaine de pays, des régions et une dizaine de constructeurs automobiles se sont engagés à « travailler » pour faire en sorte que d’ici à 2040 toutes les voitures neuves vendues soient zéro émission, selon un communiqué de la présidence britannique de la COP26.

« Ensemble, nous travaillerons pour faire en sorte que toutes les nouvelles voitures et camionnettes soient zéro émission au niveau mondial d’ici à 2040 et au plus tard d’ici à 2035 dans les principaux marchés », peut-on lire dans cette déclaration qui insiste sur le fait que l’engagement n’est pas contraignant.

Parmi les signataires figurent quelques pays développés, dont le Royaume-Uni, l’Irlande, la Suède et Israël, qui s’étaient déjà engagés à la fin des ventes des voitures à moteur thermique d’ici à 2030, et la Norvège qui a pris cet engagement pour 2025.

En revanche, les importants pays constructeurs que sont la Chine, les Etats-Unis, le Japon, la France ou l’Allemagne n’ont pas signé.

· Réduction des émissions de méthane de 30% d’ici à 2030

Plus de 80 pays, dont l’UE et les Etats-Unis, se sont engagés à réduire leurs émissions de méthane, puissant gaz à effet de serre, de 30% d’ici 2030 par rapport à 2020.

Les Etats-Unis et l’Union européenne avaient annoncé mi-septembre travailler ensemble sur ce projet d’accord, rejoint depuis par des dizaines d’autres pays dont le Canada, la Corée du Sud, le Vietnam, la Colombie ou l’Argentine.

Le méthane (CH4), émis par l’agriculture et l’élevage, les combustibles fossiles et les déchets, est le deuxième gaz à effet de serre lié à l’activité humaine après le dioxyde de carbone (CO2). Même s’il fait moins parler de lui, son effet de réchauffement est environ 29 fois plus important par kilogramme que celui du CO2 sur un horizon de cent ans, et environ 82 fois sur une période de 20 ans.

Clément Boutin avec AFP Journaliste BFMTV



Source link

admin
the authoradmin

Laisser un commentaire