Home Faits Divers Meurtre de la petite Vanille en 2020 à Angers : perpétuité requise contre la mère de la fillette
Faits Divers

Meurtre de la petite Vanille en 2020 à Angers : perpétuité requise contre la mère de la fillette

Par SudOuest.fr avec AFP

« Elle revendique les faits. Elle va même jusqu’à expliquer toutes les solutions auxquelles elle a pensé pendant 6 semaines pour tuer sa fille », a rapporté l’avocate générale

Une peine de réclusion criminelle à perpétuité a été requise mercredi contre Nathalie Stéphan, 42 ans, jugée depuis lundi devant la cour d’assises du Maine-et-Loire pour le meurtre de sa fille âgée d’un an, Vanille, en février 2020 à Angers. L’avocate générale, Carol Dugast, a également demandé que cette sanction soit assortie d’une « période de sûreté de 22 ans ».

Le 7 février 2020, Nathalie Stéphan ne se présente pas au centre maternel d’Angers, un foyer pour femmes enceintes et mère isolées où elle était hébergée depuis un an, alors qu’elle y est attendue avec sa fille. Son portable, éteint, ne peut être géolocalisé. Une alerte enlèvement est déclenchée le samedi 8 février après 24 heures de recherche pour tenter de retrouver Vanille.

Sur le même sujet

Dans la matinée du dimanche 9 février, l’accusée est retrouvée dans un hôtel à Nantes, sans sa fille. Le corps du bébé sera découvert quelques heures plus tard dans un sac-poubelle caché dans une benne à vêtements à Angers, sur les indications de la mère. L’autopsie a déterminé que la petite fille est morte par « étouffement ».

« Aucune émotion »

« Vu qu’elle se débattait, j’ai appuyé avec ma main très, très, très fort », a avoué Nathalie Stéphan lors d’une audition avant la découverte du corps. « Elle revendique les faits. Elle va même jusqu’à expliquer toutes les solutions auxquelles elle a pensé pendant 6 semaines pour tuer sa fille », a déclaré Carol Dugast lors du procès.

Sur le même sujet

Nathalie Stéphan, la tête baissée et le visage impassible dans son box, ne « montre aucun affect, aucune émotion, même pas une larme pour sa fille Vanille », a souligné Me Mathilde Livenais, avocate de Dominique M., assistant maternel de Vanille qui est partie civile. Si l’accusée souffre de « troubles psychologiques » et d’un trouble de la personnalité « borderline », elle a « eu pleine conscience de son acte » selon les expertises psychiatriques qui soulignent « sa froideur » et « un niveau de dangerosité élevé ». « Vous êtes devenue une calculatrice », lui a lancé l’avocate générale.

Related Articles

Faits Divers

Eure : une enquête ouverte après le décès de deux enfants ukrainiens

Un frère et une sœur, âgés de 7 et 12 ans, appartenant...

Faits Divers

Des soignants blessés lors d’une agression aux urgences, François Braun « condamne avec la plus grande fermeté »

Cinq membres du personnel ont été blessés samedi 18 février lors d'une...

Faits Divers

Les gendarmes interviennent pour un banal conflit de voisinage et saisissent un véritable arsenal chez un papy

Un conflit de voisinage a dégénéré à Drap. Des ambulanciers ont porté...

Faits Divers

Bassin d’Arcachon : un homme grièvement blessé dans un accident

Un homme qui conduisait un deux-roues a été percuté par une voiture...