Sud

MIALET Le conseil municipal vole en éclat, des habitants se sentent « trahis »

Jack Verriez et son conseil municipal réunis ce vendredi soir. (Photo Corentin Migoule)

Située à une dizaine de kilomètres au nord d’Anduze, la petite commune de Mialet est quelque peu malmenée ces dernières semaines. Tandis que le conseil municipal se déchire, certains vivent mal ce qu’ils décrivent comme une « trahison ». Explications.

« Verriez, tu n’es qu’un traître ! Guignol ! » C’est par cette attaque verbale d’un habitant à l’égard du maire de la commune que s’est achevé le conseil municipal à Mialet, ce vendredi soir. Une heure plus tôt, alors que le soleil venait de se coucher pour plonger dans la pénombre cette commune de 640 âmes, les conseillers municipaux arrivaient un par un, tandis qu’une trentaine d’habitants, par petits groupes disséminés ça et là, patientaient sur le parking de la mairie.

Le maire, Jack Verriez, accoudé à la table du conseil municipal, était prêt. Refusant l’accès à la salle – exiguë – à une dizaine d’administrés au motif que « les normes sanitaires ne seraient pas respectées », le dernier nommé a fini par accepter qu’une fenêtre soit ouverte afin de permettre aux « refoulés » d’écouter les débats depuis l’extérieur de la pièce. À 19 heures 30 tapantes, l’édile âgé de 72 ans donnait le coup d’envoi d’un conseil municipal qui s’achèverait à peine 25 minutes plus tard, poussant un élu à lancer que « jamais on a fait aussi vite ».

Une poignée de « formalités » étaient pourtant au menu du soir, quelques jours après que l’édile mialétain a acté un « divorce » avec cinq élus de la désormais ex-majorité. Ces mêmes élus avec lesquels il a battu campagne pour accéder au siège de maire pour la première fois au printemps 2020. La cause de ce « divorce » est assurément multifactorielle, mais est à attribuer en partie à un désaccord en matière de gestion des projets communaux.

Déjà deux démissions fin 2020

Formant un groupe « contestataire », Michel Roussel, Nathalie Servais, Pierre Élisé Souchon, Delphine Krolikowski et Eva Marion auraient, à plusieurs reprises, tentaient de faire savoir au maire que « le fonctionnement » ne leur convenait pas. Inquiets de la tournure des événements à l’issue de ces 18 premiers mois de mandat, craignant que certains projets de campagne ne soient pas respectés, ces conseillers municipaux, habitués à se réunir à cinq, ont sollicité une réunion avec le maire.

Fort d’une expérience de trois mandats dans le Var (conseiller, adjoint et membre de l’opposition), Jack Verriez a accepté de les recevoir, conviant également le reste des conseillers pour un « conseil municipal informel », le lundi 18 octobre dernier. Un rendez-vous à l’issue duquel l’édile, échaudé, et redoutant que tout le monde ne tire pas dans le même sens, a retiré les délégations de deux de ses adjoints, dont celle qui aura été première adjointe jusqu’à ce vendredi soir, Nathalie Servais.

Comme la vie municipale mialétaine est tout sauf un long fleuve tranquille, cette même Nathalie Servais avait été promue au rang de première adjointe en novembre dernier après le départ de l’ex-occupant du poste, Cyril Gins, qui a jeté l’éponge, pour quitter la commune quelques semaines plus tard avec sa compagne, Sandrine Pellegrino, elle aussi ex-membre du conseil municipal version 2020.

5 contre 8

Sollicitant la parole en préambule du conseil, Michel Roussel, après que Jack Verriez a accepté de la lui donner, a lu une lettre que le « club des 5 » a rédigé : « Nous avons été élus, nous représentons l’ensemble des habitants de Mialet et nous leur devons des comptes. C’est pourquoi nous demandons que cette intervention soit consignée in extenso au procès verbal du conseil municipal », a d’abord enclenché Michel Roussel.

Avant que sa requête ne trouve un écho favorable auprès du maire qui a accepté sans sourciller, le dernier nommé a poursuivi sa lecture, rappelant les « grandes lignes » initiales du programme municipal, qui comprenait la promesse d’une « gestion responsable en toute transparence », « la poursuite de l’élaboration et l’adoption du plan local d’urbanisme », ainsi que « des perspectives de préservation de l’environnement et d’un tourisme durable », entre autres. « Mais une chose est sûre, nous resterons conseillers municipaux. Nous ne sommes pas dans une posture de démission ou d’opposition », a conclu Michel Roussel.

Ces griefs soulevés, la première délibération de la soirée est arrivée sur la table. Il s’agissait ni plus ni moins que du maintien ou non des fonctions de la première adjointe au maire après le retrait de l’ensemble de ses délégations. Uni, le « club des 5 » a voté pour le maintien, là où les huit autres conseillers municipaux ont voté contre, actant ainsi le retrait de Nathalie Servais au poste de première adjointe.

« Bien sûr qu’on va le faire ce programme »

Troisième adjoint au maire jusqu’à ce vendredi soir, Pierre Élisé Souchon a connu pareil destin au terme d’un vote à l’équilibre identique. Ironie du sort, ce n’est que grâce au ralliement de trois anciens élus d’opposition, en l’occurrence David Gourdon, Isabelle Rieutord, et Xavier Borghero, que Jack Verriez a pu conserver une majorité et ainsi rester maître du jeu. C’est d’ailleurs ce qui inquiète le nouveau groupe d’opposition, dont la plupart des membres dit appartenir à « une gauche sociale et écologiste ». « Ils ont fait campagne avec un programme radicalement opposé au nôtre, sans intention de travailler sur le PLU, ce qui nous laisse perplexe sur la réalisation des projets », s’émeut Nathalie Servais.

Le triomphe modeste, visiblement embarrassé par une situation qui ternie quelque peu l’image de sa commune habituellement associée à des spots incontournables de baignade l’été, ainsi qu’à bien d’autres atouts touristiques, Jack Verriez assurait vouloir assumer ses promesses électorales, au terme d’une séance qui lui a valu quelques regards belliqueux dans le public. « Bien sûr qu’on va le faire ce programme », a promis l’ancien militaire, évoquant le ralentissement de l’accomplissement de ce dernier en raison de la pandémie.

S’ils ne passeront assurément pas leurs vacances au camping des Plans ensemble, les élus mialétains vont se revoir régulièrement ces prochains jours. Un deuxième conseil municipal organisé jeudi prochain devrait occasionner la nomination des nouveaux adjoints. Puis un troisième conseil, le 8 novembre, sera dédié à la mise en place d’un quatrième adjoint.

Corentin Migoule





Source link

admin
the authoradmin

Laisser un commentaire