A l'Etranger

Mobilité post-Covid : comment le coronavirus va-t-il impacter la mobilité des Belges ?

" Dans les années à venir, nous nous baladerons probablement tous avec un masque dans la poche", a affirmé l’épidémiologiste Yves Coppieters sur la plateau de la RTC ce jeudi après-midi. La chaîne liégeoise a diffusé en direct le colloque sur la mobilité post-Covid en Belgique, en partenariat avec la Société de financement complémentaire des infrastructures (Sofico). A l'instar d'Yves Coppieters, plusieurs personnalités publiques des secteurs de la santé, de l'économie et de la mobilité ont défilé et débattu autour des conséquences de la pandémie de Covid-19 sur nos déplacements, qu'ils soient professionnels, familiaux ou touristiques. Yves Van Laethem, virologue et membre actif du Gems, tient un argument non pas dichotomique mais plutôt complémentaire de son homologue scientifique, en soutenant que " la mobilité post-Covid va fortement ressembler à la mobilité pré-Covid". Dans l'utilisation des transports en commun et de la voiture nous devrions, selon les scientifiques, retrouver nos habitudes de déplacement. Yves Coppieters rajoute que " psychologiquement, ce sera difficile pour les Belges de comprendre que la personne assise en face ou à côté d'eux ne sera plus un danger", une fois que la pandémie aura été éradiquée. En d'autres termes, l'application des gestes barrières s'est inscrite dans les mœurs et laissera des traces dans notre quotidien.

Par ailleurs, il a été aussi question des méthodes d'investissement à court et à moyen terme à envisager dans les infrastructures et les systèmes de transport en commun wallons. Olivier De Wasseige, administrateur délégué de l'Union wallonne des entreprises, soutient l'importance de poursuivre l'expansion des transports en commun, comme par exemple le projet d'agrandissement du métro léger de Charleroi, ou encore du service du réseau de tramway à Liège. " L'essentiel est de répondre aux besoins de la population. Nous avons pu constaté que durant cette année de crise sanitaire, les transports en commun ont vu leur fréquentation certes baisser, mais on observe aussi que les gens utilisent de plus en plus les services de transports en commun. Il est donc primordial de continuer à investir dans ce secteur." De son côté l'économiste Étienne de Callataÿ, actuel CEO d'Orcadia Asset Management, le plus important n'est pas dans le développement des services de transports en commun, mais plutôt dans "la responsabilisation des automobilistes", qui restent les principaux pollueurs au niveau mobilité belge. "Ce qui est urgent, c'est de réduire les distances entre son lieu de travail et son foyer. Aujourd'hui, il faut passer un cap dans la réflexion et pouvoir se dire : 'si je vis à Bastogne et travaille à Bruxelles, je dois envisager de me rapprocher de mon entreprise'. Sans ce changement de philosophie, toutes les autres évolutions n'auront pas de réel impact économique et surtout écologique."

En conclusion de ce colloque, le chef de cabinet du ministre du climat, de l'énergie et de la mobilité de la Région wallonne Jean-Yves Daliez tire les leçons enseignées par le coronavirus au niveau de la mobilité : "La crise du Covid-19 a permis aux gens de trouver d'autres manières de penseur leur mobilité", en diminuant ses déplacements et en privilégiant les courtes distances le plus possible. Le télétravail est aussi à envisager "comme une forme professionnelle à exploiter à l'avenir".

Lien de l’Article Original

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page