A la une

Moscou accusé de préparer des opérations « sabotage » pour envahir l’Ukraine

Publié le :

L’organisation d’opérations russes de « sabotage » visant à déstabiliser l’Ukraine et à servir de « prétexte » pour une guerre a été dénoncée par les États-Unis. Des accusations rejetées par Moscou, menacé de sanctions américaines et européennes.

Les États-Unis ont reproché à la Russie, vendredi 14 janvier, d’avoir dépêché en Ukraine des agents chargés de mener des opérations de « sabotage » afin de créer un « prétexte » pour une invasion. Une accusation qui renforce encore les tensions, au moment où Kiev attribue à Moscou une cyberattaque contre ses ministères.

« L’armée russe prévoit de commencer ces activités plusieurs semaines avant une invasion militaire, qui pourrait commencer entre mi-janvier et mi-février », a mis en garde la porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki.

Selon les éléments invoqués par les Américains, Moscou « a déjà prépositionné un groupe d’agents », « entraînés à la guérilla urbaine et à l’utilisation d’explosifs », pour mener dans l’est de l’Ukraine des « actes de sabotage » contre les séparatistes pro-russes « sous fausse bannière », c’est-à-dire en se faisant passer pour des Ukrainiens.

« Nous avons vu cette stratégie à l’œuvre en 2014 », lorsque la Russie a annexé la Crimée ukrainienne, « ils préparent cette stratégie à nouveau », avait prévenu dès jeudi le conseiller du président Joe Biden pour la sécurité nationale, Jake Sullivan.

Démenti de Moscou

Le Kremlin a qualifié de « gratuites » ces affirmations, estimant qu’elles n’étaient « étayées par aucune preuve ».

Les États-Unis ont néanmoins décidé de monter d’un cran dans leurs accusations contre le Kremlin après qu’une série de rencontres de haut niveau entre Occidentaux et Russes cette semaine n’ont pas permis d’éloigner le risque d’un nouveau conflit en Ukraine.

Les Américains et les Européens affirment depuis des semaines que Moscou a déployé près de 100 000 soldats à la frontière ukrainienne en vue d’une potentielle invasion, et menacent de sanctions sans précédent s’ils passent à l’offensive. La Russie nie une telle intention et assure vouloir se défendre contre la posture jugée menaçante de l’Otan à ses portes.

Avec AFP



Source link

admin
the authoradmin

Laisser un commentaire