Sud

NÎMES Artistes aux jardins rencontrent visiteurs sur le chemin

Artistes aux jardins (Photo Anthony Maurin).

« Artistes aux jardins » est une proposition culturelle des plus intéressantes des rues du quartier Alouette… Puits de Roulle, Appy, Cottages, Belvédère, Einstein ou encore Neuf de Pissevin. Madeleine Sallès, présidente du comité de quartier, parle de ce week-end spécial. De 10h à 18h, encore ce dimanche 22 mai.

Pour Madeleine Sallès, ces journées sont un lieu de rendez-vous, un moment de félicité pour le quartier. « J’avais vu à peu près la même chose dans le quartier de la Planète mais c’était un peu amateur. J’ai une pépinière dans le chemin du puits de Roulle avec le photographe Jacques Rouquette, Francine Millet plasticienne et photographe, la maison d’éditions du Puits de Roulle, Toffy, Christiane Pagès qui est photographe même Jean-Baptiste Hugo l’arrière-arrière-petit-fils de Victor… Et moi, je suis baignée dans la culture depuis mes premières couches-culottes car mon père était un ami d’Antoine de Saint-Exupéry, ils ont fait leur scolarité ensemble et se sont côtoyés jusqu’en 1940 au moment où il est parti aux USA. » Un terreau fertile pour un terrain accueillant.

L’animation Artistes aux jardins débute en 2018. Nous en sommes à la quatrième édition car la Covid en a pris une en otage. « Durant les deux premières années nous étions cantonnés au seul chemin du Puits de Roulle mais comme les habitants avaient eux-mêmes un réseau d’artistes, on a grandi chaque année un peu plus. L’année dernière en période électorale, on a même eu tous les élus alors qu’ils nous ignoraient avant… Sophie Roulle était contente et m’a proposée un partenariat. Cette année j’ai même une photographe qui vient de Gand en Belgique donc on est aussi à l’international Chez Jacques Rouquette aussi il y a des gens qui viennent de l’extérieur ! »

Artistes aux jardins, une création de Madeleine Sallès, présidente du comité de quartier Alouette (Photo Anthony Maurin).

Cette année, sont rassemblés dans huit jardins une cinquantaine d’artistes. Des peintres, des sculpteurs, des céramistes, des photographes… Et les jardins sont magnifiques ! Vraiment, prenez quelques heures de votre précieux temps pour aller visiter ces havres de paix rehaussés d’oeuvres d’art.

Les coins et recoins cachent des oeuvres (Photo Anthony Maurin).

« Mon idée était d’ouvrir le quartier, de faire venir les gens, de les faire circuler dans notre quartier à la belle saison et montrer aux Nîmois que nous ne sommes pas un quartier périphérique de la ZUP, très arboré, les gens adorent et trouvent le coin très joli. Il y a une très bonne ambiance, on a l’esprit village et nous ne sommes pas handicapés par la délinquance. Nous n’avons jamais eu de souci avec les jeunes, ils ne viennent pas mais je compte me rapprocher des association qui gère les actions jeunesses de la ZUP pour qu’ils viennent, comme le centre aéré du Carmel, l’ARAMAV… » poursuit Madeleine Sallès.

(Photo Anthony Maurin).

On pense déjà à l’année prochaine. Madeleine Sallès est déjà dessus. le principe c’est que chaque propriétaire de jardin se propose pour accueillir les artistes qu’il désire. Il s’organise comme il veut avec les artistes mais doit tout de même leur fournir de quoi boire, se poser ou se reposer…

Les artistes se mettent en place (Photo Anthony Maurin).

« On va parler de ce qui était bien cette année, de ce qui l’était moins et on ajustera. On aimerait compter les visiteurs et peut-être leur laisser la possibilité de remplir un livre d’or afin que les gens nous donnent aussi des idées. En tout cas artistes comme propriétaires des jardins sont heureux de rencontrer de nouveaux public. C’est une vrai richesse, ça donne une belle image du quartier, c’est positif. Des gens qui n’oseraient pas pousser la porte d’une galerie aiment venir ici. Les artistes sont très abordables, ils sont heureux de voir ce nouveaux public et vendent pas mal. En plus il n’y a pals le pourcentage pris par les galeristes. Certains artistes adorent exposer en extérieur, dans un environnement inhabituel, ça donne une autre dimension à la création et à l’art de manière générale » assure Madeleine Sallès.

Les artistes se mettent en place (Photo Anthony Maurin).

Vous l’aurez compris, Artistes aux jardins est prêt à franchir un cap. Avec une telle organisation, il serait dommage qu’après cinq éditions l’animation tombe aux oubliettes. Des visiteurs intrigués, des propriétaires accueillants et des artistes pédagogues, Artistes aux jardins a de l’avenir et promet quelques balades culturelles qu’il ne vous faudra pas louper !

Les artistes se mettent en place (Photo Anthony Maurin).





Source link

Quelle est votre réaction ?

Articles Similaires

1 of 12 653

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.