NÎMES Baccalauréat : les jeunes heureux d’avoir décroché leur sésame

 

Ce matin au lycée d’Alzon (Photo : Coralie Mollaret) 

Ce matin, les jeunes ont découvert les résultats du baccalauréat. Pour beaucoup d’élèves de Daudet et de d’Alzon, c’est l’explosion de joie ! 

Après deux années de Covid, c’est le retour de l’affichage public des résultats du baccalauréat. Ce matin, au lycée d’Alzon, les embrassades et les coups de fil vont bon train… Les jeunes lauréats du bac ne boudent pas leur plaisir d’avoir décroché leur diplôme. Le directeur, Yvan Lachaud, savoure lui-aussi : « On est très fier, on retrouve des résultats dits normaux ». 

Stanislas et son AESH, Stéphanie (Photo : CM)

Au total, le lycée privé affiche un taux de résultats d’environ 90 %. Parmi eux : Stanislas, 18 ans, autiste. Avec Stéphanie, son AESH (Accompagnants d’élèves en situation de handicap), le binôme a travaillé d’arrache-pied. Des efforts qui ont payé : « Le plus important était la gestion du stress », indique la jeune femme. Stanislas est « satisfait » : « Je suis allé jusqu’au bout. Je vais pouvoir aller en fac de Lettres à Nîmes dans le but de devenir bibliothécaire. J’aime également la peinture et la sculpture… » 

Antoine et son amie Maïlys vont faire la fête ce soir (Photo : CM)

À quelques mètres de là, Antoine, originaire de Bellegarde, est également heureux. Lui-aussi vient de décrocher le bac avec mention bien, l’une des 180 mentions de la promotion 2021-2022 de d’Alzon. « Pour ça, il fallait avoir au moins 14 de moyenne », commente-il, sous le regard ému de sa maman, Laure, et de son amie, Maïlys. « Ce soir, nous allons organiser une fête avec quelques copains », fait savoir sa maman. Une récompense bien méritée pour Antoine qui entrera l’an prochain en classe préparatoire aux écoles de commerce au lycée Daudet. 

« L’année prochaine, il faudra que mes parents me tirent par les oreilles ! »

Au lycée Daudet justement, Anissa, en Terminale 3, reçoit les félicitations de sa professeure de SVT, Marie-Anne Laurent. « Je n’y crois pas d’avoir eu la mention assez bien, je suis vraiment soulagée !, réagit la bachelière, inscrite en première année de médecine. Moi qui suis timide, c’est pourtant mon seize au grand oral qui m’a permis de l’obtenir… » Assis derrière sa petite table, dans la cour intérieure du lycée, le proviseur de l’établissement dresse un premier bilan satisfaisant. « Sur nos 432 élèves inscrits au Bac, trois seulement ont échoué et quatorze doivent passer les rattrapages. Nous devrions rester autour des 97 % de réussite, comme l’année dernière », décompte Pascal Lorblanchet.

Parmi les mauvais élèves, Adrien ne semble pas trop déçu d’avoir obtenu un peu moins de 8/20 de moyenne à l’épreuve. Il vient d’appeler ses parents pour les prévenir. « Je m’y attendais, je m’y étais préparé mentalement. Cela reflète mon année : j’ai travaillé un peu au début avant de m’arrêter complètement peu après, explique le lycéen. L’année prochaine, il faudra que mes parents me tirent par les oreilles ! » Adrien ne rejoindra pas ses amis Clément et Florent qui s’orientent en Staps à Montpellier, ni Théo en licence éco à la Catho de Lille, ou Zoé à l’Edhec de Nice.

Dans la petite bande de Daudet, tous sont bacheliers hormis Adrien, de dos (Photo : PH)

Coralie Mollaret et Pierre Havez





Source link

admin

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.