Sud

NÎMES Jeune fille tuée sur la RN 106 il y a deux ans : un an ferme pour le chauffard amnésique

Photo du terrible accident mortel du 19 juin 2020, sur la RN106 (Crédit : Sdis 30)

Hamza, 21 ans, est condamné à trois ans, dont deux ans avec sursis par le tribunal judiciaire de Nîmes, mardi 14 juin 2022 pour l’homicide involontaire de Julie, lors d’un impressionnant accident de voiture, sur la RN 106, il y a deux ans.

Le 19 juin 2020 matin, sur la RN 106 entre Alès et Nîmes, son fourgon dérive vers le bas-côté, puis soudainement, pour se rétablir, le jeune conducteur donne un coup de volant et percute frontalement et à très vive allure (132 km/h au lieu de 80 autorisé) la voiture de la jeune femme qui vient en sens inverse. Le choc d’une rare violence fait reculer et projette la Citroën C3 de la victime sur le toit, dans un fossé plusieurs mètres plus loin. La jeune étudiante inscrite en première année de médecine décède sur le coup, alors que le chauffard, assis sur sa ceinture de sécurité, est éjecté de son utilitaire, mais s’en sort avec quelques fractures seulement…

« Je ne me souviens de rien »

Chemise blanche, cheveux rasés sur les côtés et mèches sur le dessus, Hamza assure à la barre qu’il ne se souvient toujours de rien, deux ans après. « Je ne sais pas pourquoi je roulais si vite, ni pourquoi je n’avais pas attaché ma ceinture. Je ne peux pas vous répondre même si je préfèrerais », se contente-t-il de répondre à toutes les questions du président, Jean-Pierre Bandiera. Anéanti, le petit ami de la victime préfère ne pas s’exprimer à la barre du tribunal. « Je m’en veux énormément, malheureusement je ne peux rien expliquer mais je n’avais aucune raison de rouler aussi vite, répète Hamza à la barre. Je sais ce que ça fait de perdre un proche, ma mère est morte d’un accident de la circulation quand j’avais 16 ans. Je comprends leur tristesse. »

« Comment peut-on rouler, en utilitaire, à plus de 130 km/ au lieu de 80 sur cette route qui est littéralement la route de la mort ?, pointe l’avocate de la famille de la victime, Valérie Devèze. Ce qui hante mes clients, c’est que Julie n’a eu aucune chance d’éviter cette fusée lancée sur elle et que rien ne permet encore aujourd’hui à sa famille d’en comprendre les circonstances. »

« Sa maman a été tuée par un chauffard ivre mort »

Le parquet requiert 4 ans d’emprisonnement, dont deux ans avec sursis, contre le jeune chauffard, et l’interdiction de conduire pendant 4 ans. « C’est un homicide involontaire, mais le fait de conduire à cette vitesse est volontaire. Il n’y a aucune raison de prendre autant de risque et de mettre en danger les autres usagers de la route car les conséquences sont irréparables », résume le vice-procureur Jean-Luc Vasserot.

Son avocate tente d’aménager cette peine, sous forme de bracelet électronique. « Ce n’est pas un fêtard, ni un buveur d’alcool, ni un fumeur de joint. Il s’occupe de son père depuis le terrible accident de sa maman tué par un chauffard ivre mort, alors qu’elle marchait sur le bord de la route. Ce chauffard avait été condamné à 5 ans, rappelle Isabelle Mimran. Lui, il voit une psychologue, tous les mois, pour essayer de se souvenir et assumer. Si cette route est si dangereuse, c’est parce qu’elle est droite et large comme une autoroute ! Certes il y a une faute grave, une perte de vigilance dangereuse, mais ça ne vaut pas 4 ans d’emprisonnement. C’est un garçon fragile, il ne tiendra pas en détention. Il n’a pas les épaules et son père a besoin de lui. » Sa peine d’un an ferme sera bien exécutée à domicile, sous bracelet électronique.

Pierre Havez





Source link

Quelle est votre réaction ?

Articles Similaires

1 of 12 540

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.