Please assign a menu to the primary menu location under menu

Sports

Nolléval : avec son chien Lou, Fanny Romuald participe à des courses de canicross

Par Gregory Dyson Publié le L'Éclaireur – La Dépêche Voir mon actu Suivre ce média

Fanny Romuald et son chien Lou peuvent parcourir jusqu’à 10 kilomètres de course ensemble. (@L’Eclaireur – La Dépêche)

Véritable discipline à la mode, le canicross se développe un peu partout en France, et même dans le Pays de Bray. La preuve avec Fanny Romuald, habitante de Nolléval et canicrosseuse au club des Cani-vikings de Rouen.

Avec son chien Lou, un berger australien de 6 ans, les deux courent sur les sentiers des forêts de La Feuillie, Beauvoir-en-Lyons, Mont-Rôty ou encore Forges-les-Eaux depuis 5 ans.

« Partager des moments avec son chien »

@fanny.et.romylou Retour d’entraînement tranquillou ! #canicross #canicrossdog #bergeraustraliens #bergeraustralienbleumerle ♬ Dance Monkey – Tones and I

Une passion développée sur le tard pour la Brayonne :

« Lou avait besoin de faire un peu d’activité physique, alors je me suis mise au footing avec lui. Très vite on a pris goût et c’est devenu un moment de convivialité entre nous ».

Il faut pour cela investir dans un baudrier, une laisse et une bonne paire de chaussures. Le tout pour une cinquantaine d’euros en moyenne.

C’est un effort commun avec le chien. Il y a donc un petit temps d’adaptation au début. Mais c’est un bon moyen de se mettre au sport. C’est sympa, il faut apprendre le départ, les dépassements et les directions avec son chien, tout en étant derrière lui.

Fanny cherche alors à recruter d’autres personnes pour l’accompagner dans ses sorties sportives.

« C’est l’occasion de partager des moments sympas avec son chien », promeut la Nollévalaise.

À lire aussi

C’est pour cela qu’elle organise un interclub dimanche 29 août, dans la forêt de La Feuillie, avec des personnes de son club, de l’Oise ou encore de la région parisienne.

« Nous sommes que deux à en faire dans le Pays de Bray. Mais quand je vois certaines personnes avec des chiens, je me dis qu’ils peuvent courir avec », indique celle qui est éducatrice spécialisée à Mont-Rôty.

« Je veux partager mon activité avec le plus grand nombre. C’est pour cela que j’ai comme projet d’organiser une cani-rando avec des enfants à déficience intellectuelle. Tout le monde peut le faire. Pas besoin d’avoir un gros niveau sportif », motive la jeune femme de 32 ans.

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre L'Éclaireur – La Dépêche dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.

Original Article

admin
the authoradmin