Home En bref Occitanie. Dans cette ville, des immeubles sont rasés les uns après les autres
En bref

Occitanie. Dans cette ville, des immeubles sont rasés les uns après les autres

Des logements, dans le quartier La Gloriette, en cours de destruction.
Des logements, dans le quartier La Gloriette, en cours de destruction. (©OPH 09)

La Ville de Pamiers (Ariège) se métamorphose. Plus d’une cinquantaine de logements, dans le quartier La Gloriette, sont en cours de destruction.

« Une première tranche de démolition de 22 logements avait déjà été réalisée en 2020 », rappelle Jean-Michel Rivere, chef du service Développement et travaux à l’OPH (Office Public de l’Habitat) de l’Ariège. « Il s’agissait de logements individuels et de petits collectifs ».

Une barre d’immeuble est rasée

Une barre d’immeuble de 57 logements, qui date du début des années 1970, est cette fois concernée.

La Gloriette est un quartier de la commune de Pamiers.
La Gloriette est un quartier de la commune de Pamiers. (©OPH 09)

Contacté par Actu.fr, Jean-Michel Rivere raconte : « Les travaux de curage des logements ont eu lieu dans un premier temps, avec le démontage des menuiseries, des sanitaires, des réseaux électriques,… Nous avons ensuite procédé au désamiantage. La maçonnerie est actuellement en cours de destruction. Les gravats seront concassés et réutilisés pour d’autres chantiers. »

Un espace vert est prévu en lieu et place.
Des espaces verts sont notamment prévus en lieu et place. (©OPH 09)

Le foncier va être ensuite « rétrocédé » à la commune de Pamiers pour en faire « des espaces verts et un city park », indique la municipalité à Actu.fr. Il est aussi prévu un emplacement pour « un service public ».

Un pan de l’histoire de la ville

Avec cette destruction, un pan de l’histoire de la ville s’effondre. À l’époque, ces habitats collectifs étaient considérés comme modernes. « Il y avait du chauffage individuel, une salle de bain et des toilettes dans chaque appartement », souligne Jean-Michel Rivere. « Les occupants ont été relogés lors d’une campagne lancée il y a trois ans ».

La
La « barre H », comprenant 57 logements, a été rasée. (©OPH 09)

Ces travaux s’inscrivent dans le cadre d’une convention de renouvellement urbain. « Il y a un plan de rénovation globale à Pamiers », confirme la Ville. « Celui-ci est provoqué par la force des choses, pourrait-on dire. Le centre-ville était en train de se vider de sa population, avec des appartements vétustes et insalubres, à l’image de l’îlot Sainte-Claire. Des maisons individuelles seront construites en lieu et place. »

À lire aussi

  • Ariège. Deux immeubles menacent de s’effondrer et pourraient rapidement « tomber tous seuls »

Entre les rues d’Emparis et Gabriel-Péri, des maisons – parfois abandonnées – sont rasées. Quelque 8,5 millions d’euros – dont 2 millions d’euros issus du Fonds friche mis en place par l’État – sont dépensés dans le cadre de ce programme de déconstruction. « C’est le plus gros chantier de rénovation urbaine d’Occitanie subventionné par l’État », poursuit la Ville.

D’autres chantiers

La démolition de l’îlot Sainte-Claire a commencé cet été. Au total, 35 bâtiments et une école maternelle sont concernés.

L’îlot Sainte-Claire depuis la rue d’Emparis.
L’îlot Sainte-Claire depuis la rue d’Emparis. (©Ville de Pamiers)

Non loin de là, le groupe Eiffage va investir 20 millions d’euros pour transformer l’ancien hôpital de la ville en résidence pour les seniors comprenant environ 110 appartements. Le bâtiment en U sera conservé.

À lire aussi

  • Occitanie. Cet ancien hôpital était à l’abandon, Eiffage va investir 20 millions d’euros sur le site

Ces travaux de réhabilitation s’accompagnent aussi de nouveaux chantiers de voirie. La route départementale 624 « qui traverse Pamiers du nord au sud » est « en cours de réfection », détaille la Ville. Par ailleurs, les travaux sur l’avenue du 9ème RCP, qui permet d’entrer et de sortir de Pamiers, « vont commencer dans les prochains jours » avec la création d’une voie pour les « mobilités douces ». Les travaux devraient durer pendant un an.

Parmi les autres chantiers « structurants » pour la collectivité locale, figure la réhabilitation de quatre places centrales – dont celle de la République – « dans le courant de l’année ».

Un pari sur l’avenir 

Situé à une soixantaine de kilomètres au sud de Toulouse, Pamiers fait un pari sur l’avenir. Du fait de la loi Climat et résilience qui fixe un objectif de « zéro artificialisation nette » (ZAN) en 2050, le « modèle pavillonnaire » dans les petits villages périphériques est remis en question, estime Frédérique Thiennot, maire de Pamiers. L’élue veut croire à un retour de la « centralisation des activités humaines vers le cœur de ville », tout en restant dans une « ambiance à la campagne. » Utopique ou visionnaire ? L’avenir le dira.

Chaque semaine, faites un tour d’horizon des tendances urbaines avec la newsletter “Vis ma ville”. Inscrivez-vous par ici, c’est gratuit !

Related Articles

En bref

Marne : Sylvie Bruneaux devient la nouvelle bâtonnière de saint Vincent

Fête faite de traditions, la Saint-Vincent fait honneur au village. ©LPB C’est...

En bref

Marne : le brevet des collèges, souvenir pour les uns, angoisse pour les autres…

Des élèves fiers de recevoir leurs diplômes ©DR Ils sont 73 anciens...

En bref

Foot (N3). Fougères poursuit son impressionnante série

Simon, double buteur ©La Chronique républicaine Il ne fallait pas arriver en...

En bref

Château-Thierry : collège et lycée à l’heure allemande

À l’issue de la réception à l’hôtel de ville. ©LPB Les élèves...