News 24-7

On a testé Pixy, le drone à selfie de Snapchat, qui risque de vous décevoir

Disponible en France et aux États-Unis, le drone de Snapchat se présente comme un gadget reservé à un usage ludique et ponctuel. Mais à 250 euros, il offre une prestation bien modeste.

Snapchat (désormais baptisé Snap) s’est lancé dans la commercialisation d’un drone « ludique », destiné à un jeune public et pour la prise rapide de photos et de vidéos. L’appareil s’appelle Pixy, et il est déjà disponible en France et aux Etats-Unis. BFMTV a eu l’occasion de mettre la main dessus et le tester pendant quelques jours. Nous avons fait voler le drone dans des conditions variées afin de tester ses capacités.

Pixy est disponible exclusivement sur le site dédié de Snapchat. Il coûte 250 euros.

Pixy vu de haut
Pixy vu de haut © BFMTV

Instable et bruyant

Le drone de Snap se présente comme un rectangle jaune. Il dispose de quatre hélices protégées, et de deux caméras. L’une, située sur la tranche, identifie l’utilisateur, et l’autre, située sur le dessous, doit repérer les sols et mains pour atterrir.

Le drone Pixy vu du dessus
Le drone Pixy vu du dessus © Pixy/ Snap

Le drone mesure environ 13 centimètres sur 10, et environ 2 cm de large. Snap revendique la possibilité de le transporter « dans sa poche », ce qui est vrai pour les hommes, mais pas vraiment pour les femmes, comme nous avons pu le constater.

Premier constat: Pixy est très léger, avec à peine cent grammes sur la balance. Cette caractéristique, qui se présente comme un avantage pour sa portabilité, peut vite devenir un calvaire à la moindre brise de vent.

Nous en avons fait les frais, et avons pu voir à quel point le petit drone tangue quand il est exposé à des conditions climatiques autres qu’un grand soleil. Il est aussi particulièrement bruyant.

La caméra frontale de Pixy
La caméra frontale de Pixy © Pixy/ Snap

Par ailleurs, la stabilité n’est pas son point fort. Même sans vent, l’appareil a un peu de mal à se positionner de manière stable, notamment lorsque le mode « suivi » est activé.

Pixy est volontairement simple à prendre en main. Ici, pas de manette de contrôle, ni de floppée de boutons de réglages. On trouve simplement un bouton jaune, qui permet de l’allumer et de le faire décoller, ainsi qu’une molette présentant les cinq modes de prise de vue disponibles. Pixy décolle et atterit seul: son utilisation est donc enfantine.

Attention à la collision

Autre avantage: les modes de prise de vues sont variés. Le premier mode « stationnaire » est basique, et permet de prendre des vidéos ou des photos à courte distance, seul ou à plusieurs. On peut aisément le comparer à une version très améliorée des fameuses « perches à selfies« .

Ensuite, on trouve le mode « orbite », qui fait tourner le drone à 360 degrés autour de nous. Pour des raisons évidentes, il faut l’utiliser dans des endroits larges et ouverts, afin d’éviter toute collision. Ce que nous avons appris à nos dépens, après que notre drone-cobaye a rencontré un mur.

Quelques secondes avant le drame
Quelques secondes avant le drame © Pixy/Snap

D’autres collisions sont également survenues lors du mode « Suivi », qui comme son nom l’indique, indique au drone de suivre l’utilisateur. Ce mode est probablement le plus décevant.

Si nous avons constaté des suivis réussis, où Pixy conservait une allure de croisière et une stabilité sans faille, le robot s’est égaré à de nombreuses reprises, restant en mode stationnaire. Et ce sans tenir compte de la vitesse à laquelle nous marchions devant lui. Le drone a par exemple eu l’idée saugrenue de foncer dans un buisson à vive allure, sans la moindre raison, risquant de gros dégâts.

Prise de vue en mode "orbite"
Prise de vue en mode « orbite » © Snap/BFMTV

Le mode « Révélation » est particulièrement ludique. Il permet de programmer Pixy pour s’envoler à 3, 6 et 9 mètres à l’horizontale. Il est notamment idéal pour les visions de groupe ou encore de paysage, et s’est montré plutôt fonctionnel lors de nos essais. Enfin, le mode « Favori » permet de régler directement le mode et la configuration de son choix.

Photo prise avec le mode Révélation de Pixy
Photo prise avec le mode Révélation de Pixy © Pixy/ BFMTV

Faible autonomie, mauvaise qualité vidéo

La caméra a une capacité de 12 mégapixels et propose une qualité d’image très discultable. Les vidéos, particulièrement, sautent de manière assez désagréable, et la fluidité n’est pas toujours au rendez-vous. La partie photo est toutefois plus prometteuse.

Les contenus peuvent être intégrés directement à Snap, mais aussi exportés sur son smartphone depuis l’application, pour un usage plus diversifié. Le fait de ne pas être dépendant de l’application pour exploiter les photos et vidéos est un point fort.

L’autonomie de Pixy n’est pas non plus un avantage. Nous l’avons testé avec un lot de trois batteries (vendues séparément), et un chargeur externe. Mais au terme de nos tests, toutes nos batteries ont été rapidement épuisées. Difficile d’emporter Pixy sur une journée entière, pour un voyage par exemple.

Avec une telle prestation, le tarif de 250 euros semble bien difficile à justifier.



Source link

Quelle est votre réaction ?

Articles Similaires

1 of 12 761

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.