Originaire d’Argentan, Corentin Cousin est qualifié pour le championnat du monde d’Ironman

Corentin Cousin Ironman
Corentin Cousin lors de l’Ironman de Dubaï. Le jeune homme originaire d’Argentan (Orne) est qualifié pour les championnats du monde de la discipline, qui se tiennent cet automne 2022 aux États-Unis.  ©DR

Sa semaine type compte 25 heures d’entraînement : 6 de natation, 6 de course à pied, et 13 de vélo. Plus une à deux heures de renforcement musculaire, en parallèle de son activité de kinésithérapeute. Corentin Cousin, originaire d’Argentan (Orne), se prépare ardemment pour le championnat du monde d’Ironman, un label de triathlon, qui se tient samedi 29 octobre 2022 à St. Georges, dans l’Utah, aux États-Unis.

Pour boucler ce format 70,3 miles, il devra nager 1,9 km, pédaler sur 90 km, et courir un semi-marathon.

Déjà une victoire

Le défi, il connaît : il l’a déjà réalisé à deux reprises cette année. Début mars à Dubaï, puis en mai au Viêtnam, à Da Nang. « Mon objectif cette année était de me qualifier pour le championnat du monde. À Dubaï, c’était un premier test. Mais ça s’est passé beaucoup mieux qu’espéré : je finis 8e de ma catégorie (25-29 ans) et ai ainsi obtenu directement mon ticket. Je suis donc allé au Viêtnam avec moins de pression et ça s’est encore mieux passé : j’ai gagné ! » 

Le jeune homme n’était pourtant pas destiné aux longues distances. Sportif depuis ses premières séances de bébés nageurs, il a commencé la natation très tôt et effectué ses premières compétitions dès 6 ans, avec l’Olympique Argentan. Sa spécialité : le 100 mètres nage libre, plutôt du sprint, donc.

Je suis allé jusqu’au niveau national. J’ai quelques titres et records départementaux, et des podiums régionaux. 

Nagent les sardines…

Mais l’exemple de son père, lui-même triathlète, avec qui il va rouler de temps à autre, lui donne envie, et il participe à ses premières courses « simplement pour m’amuser, l’été », alors qu’il est encore à l’école primaire. 

C’est en quittant l’Orne pour le bassin méditerranéen qu’il décide de s’y investir complètement. « J’ai arrêté la natation, vers 20 ans, pour m’y consacrer. À Marseille, j’ai pris une licence aux Sardines triathlon. Ils avaient pour projet de monter en catégorie Élite dans le championnat français, alors qu’ils étaient en amateur, ça m’a intéressé. Avec eux, je m’étais investi sur des formats courts aussi, soit 750 m de nage, 20 de vélo et 5 de course à pied. Ce sont des courses qu’ils se font en une heure, à peine. » 

« Le meilleur possible »

Mais rapidement, l’ancien élève du lycée Mézeray se décide à viser les Ironman. Il s’entoure alors d’un entraîneur personnel, Raphaël Serrapica, au sein du groupe RSP Training. « C’est un coaching personnalisé. Depuis que je suis avec lui – pour la deuxième saison – j’ai beaucoup augmenté mon volume d’entraînement. » 

Vidéos : en ce moment sur Actu

Aux États-Unis, Corentin espère être « le meilleur possible ». Après le parcours très roulant de Dubaï (« un aller-retour sur l’autoroute pour la partie cyclisme, réalisé à plus de 40 km/h de moyenne »), et le difficile effort au Vietnam sous un climat tropical accablant, il goûtera « l’intermontagne » de l’Utah. « Ce sera très vallonné, à vélo comme en course à pied. »

Mais il est prêt à tout donner. 

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Le Journal de l’Orne dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.





Source link

admin

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.