Sports

Orne : Il pensait arrêter… et ramène le plein médailles du championnat du monde de plongée 

Quatre médailles autour du cou... et une dernière qui doit arriver par la Poste car la fédération n'en n'avait pas prévu suffisamment.
Quatre médailles autour du cou pour le plongeur originaire de l’Orne… et une dernière qui doit arriver par la Poste, car la fédération n’en avait pas prévu suffisamment. ©Lucas Rapi

Il y est allé comme un dernier baroud d’honneur. Sa dernière compétition de haut niveau avant de raccrocher les palmes et de quitter les bassins. Mais pour son premier championnat du monde de plongée sportive en piscine (PSP), c’est une moisson de médailles qu’Hugo Lefrançois a ramenées. De quoi le remotiver pour l’inciter à continuer la compétition.

Originaire d’Échalou, près de Messei (Orne) c’est à 14 ans qu’il suit les traces de son père apnéiste et se lance à son tour dans les bassins. Quelques mois après, il rentre au lycée Charles Tellier de Condé-en-Normandie et intègre la section sportive de l’établissement.

Sous la houlette de Céline Hervouet, professeur en charge de la PSP, il se développe et intègre le club de Condé-en-Normandie en parallèle.

Aligné sur six épreuves

Avec la section, il fait la rencontre de Dorian Ernoult. Ensemble, ils forment un duo inséparable sur le 100 mètres combiné, l’une des épreuves phares de la PSP qui consiste à réaliser une succession d’exercices techniques sous l’eau. Passage dans un tunnel de cerceaux, transmettre le détendeur à son collègue, nager sans masque, récupérer son matériel, manœuvrer sa bouteille d’oxygène. Le tout en réalisant des allers-retours au fond d’une piscine où le parcours est bien évidemment chronométré. C’est sur la base de cette épreuve qu’Hugo Lefrançois a gagné son billet pour le championnat du monde.

Pourtant, le garçon qui a fêté ses 21 ans au retour de la compétition le reconnaît sans peine, son coéquipier était plus rapide.

Sans lui je n’aurais pas été au championnat du monde.

Hugo Lefrançois, plongeur

Mais voilà, Hugo Lefrançois a pour lui sa polyvalence, et dans la plus grande des compétitions, il doit s’aligner sur six épreuves. 

Sélectionné dans une équipe de huit (quatre hommes et quatre femmes), il part pour le Maroc, à Fnideq, près de Tanger, pour deux jours d’épreuves, du 7 au 9 juin. Pour l’ancien lycéen de Condé-en-Normandie, cet événement doit être le dernier. L’éloignement de son groupe d’entraînement, les parcours professionnels de chacun et la nécessité de gérer des études supérieures ont contribué à cette perte de motivation. « Quitte à ce que ce soit la dernière autant que ce soit le championnat du monde », détaille Hugo Lefrançois qui découvre ce niveau de la compétition.

Vidéos : en ce moment sur Actu

Un travail d’équipe

Sauf qu’au Maroc, rien ne va se passer comme prévu. « J’espérais ramener une ou deux médailles », envisageait-il avant le départ. Ce sera finalement cinq breloques.

En argent par trois fois dans le combiné en solo et en duo avec Arnaud France, et sur le relais 4 x 100 mètres avec Morgane Leroux, Virginie Roux et Arnaud France. Enfin, deux en bronze dans le 50 mètres et 100 mètres octopus avec Arnaud France et Romain Bouveret.

Un ratio impressionnant pour lui qui était engagé sur six épreuves. Malgré tout une pointe de déception. Celle de ne pas ramener l’or.

Au 100 mètres combiné, je touche un cerceau (synonyme de pénalité, NDLR). Sans ça c’était l’or.

Hugo Lefrançois, plongeur  

Le garçon espère pouvoir retourner au championnat du monde pour monter sur la plus haute marche du podium. Car ses bons résultats l’ont remotivé à bloc. Des performances qui ont ricoché sur ses partenaires d’entraînement qui sont également prêts à replonger dans les bassins. Et les axes de progression ont déjà été ciblés. « Ceux qui nous ont battus viennent de la nage avec palme, donc sans bouteille. L’aspect physique est plus développé chez eux », note le plongeur ornais. Actuellement en licence professionnelle en mécatronique, il est en alternance chez Faurecia, à Caligny. L’année prochaine, il devrait partir pour Rouen et se cherchera un club là-bas. En attendant, le plongeur enchaîne avec les championnats de France.

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre L’Orne Combattante dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.





Source link

Quelle est votre réaction ?

Articles Similaires

1 of 12 650

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.