A la une

Orne. Retour du masque obligatoire dans les espaces extérieurs fréquentés et les lieux clos

Désormais, le masque est obligatoire dans plusieurs rues d'Alençon (et ce jusqu'au 28 octobre).
À partir de samedi 20 novembre, dans l’Orne, le port du masque est de nouveau obligatoire dans les lieux extérieurs fréquentés mais aussi dans les espaces clos accueillant du public, y compris là où il faut présenter un pass sanitaire valide. (©L’Orne hebdo)

Pour face à une 5 vague de l’épidémie de Covid-19 qui dans l’Orne, la préfète a pris un arrêté rétablissant le port du masque obligatoire, depuis samedi 20 novembre, dans les points extérieurs les plus fréquentés et les lieux clos.

Dans l’Orne, à partir de samedi 20 novembre 2021, il faudra remettre le masque sur les marchés extérieurs, dans les stades, aux abords des écoles ou des gares mais aussi dans l’ensemble des lieux clos accueillant du public.

Y compris ceux dont l’accès nécessite la présentation d’un pass sanitaire comme les gymnases, les salles de concert, les salles polyvalentes ou encore les bars et restaurants

Tous les indicateurs en hausse

C’est la décision prise par arrêté préfectoral, vendredi 19 novembre, pour faire face à une cinquième vague de l’épidémie de Covid-19 qui « évolue très rapidement » dans le département.

En une semaine, le taux d’incidence a doublé pour s’établir à 131,5 cas pour 100 000 habitants au vendredi 19 novembre. « C’est deux fois plus que dans les autres départements normands », alerte Anne-Catherine Sudre, la directrice déléguée de l’Agence régionale de santé (ARS) dans l’Orne, « mais un taux assez similaire à ce que l’on peut observer dans la Sarthe par exemple ».

Autre indicateur alarmant : le taux de positivité s’élève à 6,2 % des tests effectués, là aussi deux fois supérieur aux taux observés ailleurs en Normandie.

Huit clusters ont été identifiés dans l’Orne « et d’autres sont en cours d’investigation ». Ils se forment « un peu partout, lors de rassemblements familiaux, dans les établissements sanitaires » comme à l’hôpital d’Alençon « ou lors de rassemblements festifs ou événementiels ».

Particularité ornaise : la tranche d’âge la plus touchée par la cinquième vague épidémiologique est celle des 70-79 ans alors qu’il s’agit davantage de la population active dans la plupart des territoires français.

« Cela s’explique par la part assez importante de personnes âgées dans le département mais aussi parce qu’il y a eu des contaminations lors de repas des aînés organisés récemment un peu partout dans nos communes. »

Anne-Catherine SudreDirectrice déléguée de l’ARS dans l’Orne

Où le port du masque est-il obligatoire ?

Si, selon le directeur de cabinet, Julien Henrard, assure que la préfecture « aborde cette cinquième vague avec un peu moins d’inquiétudes que les précédentes grâce à la vaccination et à la mise en place du pass sanitaire », la préfète a pris la décision de mettre en place une première batterie de mesures.

Le port du masque est donc de nouveau obligatoire « dans les lieux extérieurs qui impliquent une plus forte concentration de personnes » :

  • marchés et marchés de Noël
  • abords des établissements scolaires
  • abords des gares
  • aux arrêts de bus
  • dans les stades
  • lors des manifestations récréatives ou revendicatives…

Et dans l’ensemble des lieux clos accueillant du public, même si la présentation d’un schéma vaccinal complet est exigé :

  • gymnases
  • salles de concert
  • salles polyvalentes
  • musées
  • bars et restaurants

Dans ces lieux, on met en quelque sorte la ceinture et la bretelle pour éviter les contaminations », a justifié Julien Henrard.

Cela concerne également les lieux festifs comme les discothèques ou les rassemblements associatifs comme les assemblées générales.

Pas de jauge maximale

Ces lieux accueillant du public ne sont en revanche pas soumis à une jauge maximale d’accueil.

« On ne touche pas à la question des jauges pour l’instant. Mais, comme par le passé, on agira de manière progressive selon l’évolution sanitaire », a prévenu Julien Henrard.

Renforcement des contrôles

La préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, a par ailleurs demandé aux forces de l’ordre, police et gendarmerie, « d’augmenter sensiblement les contrôles du port du masque et du pass sanitaire dans les lieux où il sont obligatoires. »

Pour rappel, les établissements s’exposent à une mise en demeure et à une fermeture administrative en cas de récidive. 

« Se réapproprier les gestes barrières »

Au-delà de ces obligations, la préfecture appelle à « se réapproprier les gestes barrières« .

« Nous les avons un peu tous oubliés depuis l’amélioration de la situation sanitaire. Il faut être particulièrement vigilant sur ce point car nous voyons les embrassades et les serrages de mains revenir. Il faut que ces règles de distanciation soient mieux respectées même si l’ont comprend la lassitude des Français. »

Julien HenrardDirecteur de cabinet de la préfète de l’Orne

Si cet « appel au civisme » est respecté, « il y a de bonnes raisons de penser qu’il n’y aura pas besoin de règles plus strictes », estime Julien Henrard.

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre L’Orne Hebdo dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.





Source link

admin
the authoradmin

Laisser un commentaire