Home Faits Divers Outrage à agent, menace de mort et violence : un quadragénaire du Gers condamné à 10 mois de prison ferme
Faits Divers

Outrage à agent, menace de mort et violence : un quadragénaire du Gers condamné à 10 mois de prison ferme

l’essentiel Pour avoir insulté et menacé trois gendarmes, après un contrôle, un homme de 44 ans a été condamné par le tribunal correctionnel d’Auch, ce mardi 24 janvier, à 18 mois de prison dont 8 avec sursis.

Violence, outrage, menace de mort et refus de se soumettre à un dépistage d’alcoolémie : la liste des chefs de prévention était longue pour ce quadragénaire lislois, originaire de Nancy. Ce dernier a été jugé par le tribunal correctionnel d’Auch, ce mardi 24 janvier dans le cadre d’une comparution immédiate. Les faits qui lui sont reprochés remontent au 19 janvier dernier.

Il est environ 6 heures quand les gendarmes sont appelés par des habitants de L’Isle-Jourdain pour se plaindre de nuisances sonores en provenance d’un véhicule en stationnement. Sur place, les militaires tombent sur un individu, vraisemblablement en état d’ébriété. L’homme de 44 ans est agité et les échanges ne sont pas simples, il refuse de sortir du véhicule et ira jusqu’à faire des doigts d’honneur aux gendarmes. Au moment de décliner son identité, ce dernier se moque ouvertement des militaires. « Je suis un extraterrestre, je viens de la lune, je m’appelle Bart Simpson », aurait-il lâché.

Les gendarmes font preuve de patience et de pédagogie avant de rebrousser chemin. Mais ils sont rappelés quelques minutes plus tard pour de nouvelles nuisances sonores en provenance du même véhicule. Cette fois, l’homme s’emporte face aux militaires. Les insultes fusent. S’en est trop, ces derniers décident d’interpeller le quadragénaire qui ne se laisse pas faire. Lors des auditions les gendarmes décrivent un individu « violent » et virulent, donnant des coups de pied dans le véhicule des forces de l’ordre et menaçant de mort les agents. Il est placé en détention provisoire le 20 janvier.

« Je regrette »

Jugé ce mardi, l’homme a tenté de minimiser les faits devant le tribunal. « Ce n’est pas un comportement que j’aurais en situation normale […] je ne suis pas une personne violente », se justifie-t-il. Rejetant la faute sur l’alcool, il a expliqué connaître une situation sociale « complexe ». Des arguments qui n’ont pas convaincu le président ou le ministère public. « J’en appelle à une tolérance zéro », a soutenu la substitut du procureur, rappelant l’augmentation constante des agressions que subissent les forces de l’ordre

Les excuses prononcées et les aveux a minima n’y ont rien changé, d’autant que l’individu n’en était pas à son premier passage devant un tribunal pour des faits de violences ou d’outrage. Déclaré coupable, il devra indemniser les trois gendarmes victimes, en plus d’avoir écopé d’une peine 18 mois de prison, dont 8 avec un sursis probatoire.

Aller à la source
Author:

Related Articles

Faits Divers

ChatGPT : un juge consulte l’intelligence artificielle pour statuer

Un juge a fait sensation en Colombie en annonçant avoir utilisé le...

Faits Divers

Un sexagénaire retrouvé dans son appartement quatre ans après sa mort, était recherché par la justice

Le corps d’un sexagénaire a été découvert dans son appartement à Cannes,...

Faits Divers

«Ça a traversé l’écran de télévision» : dans le village de Sihem, vive émotion pour les habitants

Au lendemain de la découverte du corps de Sihem, l'émotion est vive...

Faits Divers

Un TGV Colmar-Paris visé par une menace d’attentat, un homme maîtrisé puis interpellé

Un homme menaçant de commettre un attentat a été interpellé à Paris...