Home En bref Pascal Thomas a passé 35 ans à sauvegarder l’abbaye de La Lucerne d’Outremer
En bref

Pascal Thomas a passé 35 ans à sauvegarder l’abbaye de La Lucerne d’Outremer

Pascal Thomas sur l’un de ses derniers chantiers, la restauration du mur d’enceinte, en mai 2021.
Pascal Thomas sur l’un de ses derniers chantiers à l’abbaye Sainte-Trinité de La Lucerne d’Outremer (Manche), la restauration du mur d’enceinte, en mai 2021. ©La Gazette de la Manche

La première fois que Pascal Thomas est venu à l’abbaye de La Lucerne d’Outremer (Manche), c’était en 1985.

« Les vaches de la ferme Lefranc déambulaient dans la nef, alors à ciel ouvert.  » 

Il ne se doutait pas alors qu’il reviendrait pour y travailler deux ans plus tard et y effectuer ensuite toute sa carrière professionnelle

Originaire de Saint-James

Pascal Thomas a débuté à Dol-de-Bretagne en construisant des souterrains après avoir décroché un Bac en génie civil puis un CAP de maçon gros-œuvre.

A la mort de son patron, il est rapidement embauché par un ami de celui-ci : l’abbé Marcel Lélégard.

 » Nous nous sommes rencontrés le vendredi et trois jours après, j’étais à l’abbaye, c’était le 17 décembre 1987. « , commente Pascale Thomas

 Dès lors, débutait une aventure de 35 années, qui allait associer durant les sept premières années  » deux destins hors normes  » , selon Yvonne Lelégard, présidente honoraire de la Fondation de l’abbaye, en charge du site. 

Le pari fou de l’abbé tenu

Nommé chef d’équipe  » au bout de trois semaines  » , Pascal Thomas est alors à la tête d’une équipe de cinq personnes.

Au contact de l’abbé Lelégard, qui a entamé dès 1959 l’œuvre de reconstruction de l’abbaye, il assimile tout ce que celui-ci lui apprend sur le plan historique et patrimonial, afin de redonner vie à ce chef-d’œuvre de l’architecture prémontrée médiévale fondée en 1143.

A la mort de l’abbé, survenue en août 1994, il fera cet aveu à Yvonne Lelégard :  » Même si c’est pour tondre l’herbe, je resterai à l’abbaye !  » 

Dès lors, avec ardeur, patience et compétence, sans ménager à la fois sa peine, ni son dos, Pascal Thomas s’est attelé à tenir  » le pari fou  »  de l’abbé Lelégard, en contribuant à remonter les piliers nord de la nef, les bas-côtés nord et sud, à concevoir et réaliser les gabarits en bois qui ont servi à remonter toutes les voûtes de la nef sur croisées d’ogives.

Travaux dans l’église abbatiale 

Un travail dans l’église abbatiale qui s’est étiré de 1988 à 2006.

A son actif également,

  • la restauration complète du colombier,
  • de la fontaine Saint-Norbert,
  • de la maison des Cygnes, l
  • a consolidation de l’aqueduc,
  • le dallage du cloître,
  • le blanchissage de l’ancienne chapelle du Bienheureux Achard,
  • la consolidation du canal de fuite,.

 » Le travail que personne ne voit  » …

Sans compter de multiples dépannages au château de Pirou, l’autre site propriété de la Fondation de l’Abbaye.

A cinq heures du matin, Pascal était déjà parfois au travail pour humidifier les murs entre quatre couches d’enduit.

Yvonne Lelégard

« Il fallait de la folie »

 » Il fallait de la folie et une certaine audace pour se lancer dans une telle œuvre  » , a expliqué le Père Guillaume Antoine dans son homélie, durant la messe solennelle célébrée auparavant dans l’abbatiale.

 » Pascal dira qu’il a fait son travail, un travail bien fait comme l’abbé Lelégard le souhaitait.  » 

Son travail consigné dans 35 carnets

Durant toutes ces années, Pascal Thomas a consigné, jour après jour, dans 35 carnets (un par an) tout le travail qu’il a réalisé.

 » Une véritable mine d’or pour l’histoire de l’abbaye « , souligne Christian Moufle, président de la Fondation, qui a salué cet homme  » taiseux  » qui a contribué par son travail à réaliser le rêve de l’abbé Lelégard : Le retour d’une communauté religieuse à l’abbaye. 

Le  » couronnement  »  de tout ce travail exceptionnel s’est concrétisé le jeudi 8 septembre 2022 lorsque l’évêque du diocèse Coutances-Avranches, Mgr Laurent Le Boulc’h, est venu ériger l’abbaye en tant que centre spirituel et culturel en la dotant de deux abbés.

Les Pères Guillaume, Antoine et Henri Vallançon, ont reçu pour mission de mener le projet Lucernae destiné à accueillir des retraitants, des pèlerins du Mont Saint-Michel ou des artistes en résidence, en rénovant et mettant aux normes le bâtiment du moulin de l’abbaye. 

Entouré de Christian Moufle, Yvonne Lelégard et des abbés Henri Vallançon et Guillaume Antoine, Pascal Thomas s’est vu remettre par ce dernier la médaille et le diplôme d’honneur de chevalier de l’ordre diocésain de Saint-Michel décernés par l’évêque, lors de la messe célébrée au sein de l’église abbatiale qu’il a patiemment restauré.
Entouré de Christian Moufle, Yvonne Lelégard et des abbés Henri Vallançon et Guillaume Antoine, Pascal Thomas s’est vu remettre par ce dernier la médaille et le diplôme d’honneur de chevalier de l’ordre diocésain de Saint-Michel, décernés par l’évêque. ©La Gazette de la Manche

62 ans, l’âge de la retraite

 » Ces 35 années sont passés très vite alors qu’il reste encore de grands travaux à réaliser à l’abbaye » , confie Pascal Thomas, qui a poursuivi durant de longues années sa carrière tout seul.

J’ai le regret de ne pas avoir pas eu le temps de former quelqu’un.

Pascal Thomas

« J’ai quelques regrets, comme celui de ne pas avoir pu finir les enduits de l’abbatiale et surtout de ne pas avoir pas eu le temps de former quelqu’un.

A 62 ans, l’envie est toujours là, mais le corps est fatigué.  »  Guillaume Le Doireix, charpentier-couvreur originaire des environs d’Avranches, lui succède comme salarié de la fondation, mais avec d’autres compétences. 

Retraite en Bretagne

Celui qui aime  » entendre le silence, les oiseaux et (s)on burin  »  prend une retraite bien méritée aux côtés de son épouse Christine, dans leur maison du Ferré, en Ille-et-Vilaine (Bretagne).

 » Nous vous voyons partir avec regret et émotion » , conclut Yvonne Lelégard. ‘Vous  avez accompli une prouesse inimaginable. Votre œuvre traversera les âges et votre nom restera gravé dans la mémoire et dans les murs de l’abbaye. A travers votre travail, c’est l’âme de l’abbé Lelégard qui demeure parmi nous.  »  

https://maps.google.com/maps?q=48.784571,-1.426809&z=15&output=embed

Related Articles

En bref

SM Caen. Stéphane Moulin : « On a fait un match abouti »

Stéphane Moulin pendant le match entre Caen et Grenoble. L’entraîneur du Stade...

En bref

Le collège de Samuel Paty sans prévention spécialisée à Conflans

La principale du collège dans lequel enseignait Samuel Paty, à Conflans, a...

En bref

Ligue 2. Norman Bassette délivre le SM Caen dans les derniers instants du match !

La délivrance de Norman Bassette arès son premier but avec l’équipe professionnelle...

En bref

Stade lavallois. Laval s’impose à Pau (0-1) et s’éloigne de la zone rouge

Anthony Gonçalves est à l’origine du but tango. (©archives CDLM) Cinq mois...