A la une

Piscine olympique d’Aubervilliers : la maire désormais autorisée à signer le permis de construire

Le conseil municipal d'Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) s'est réuni jeudi 30 septembre 2021 pour autoriser la maire à signer le permis de construire de la piscine olympique.
Le conseil municipal d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) s’est réuni jeudi 30 septembre 2021 pour autoriser la maire à signer le permis de construire de la piscine olympique. (©DG/Actu Seine-Saint-Denis)

« Il y a eu une erreur de commise, cette erreur je l’assume et le principal aujourd’hui c’est qu’on puisse la corriger », a assuré la maire d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), Karine Franclet. Jeudi 30 septembre 2021, le conseil municipal d’Aubervilliers était réuni en séance extraordinaire. Un seul point à l’ordre du jour : une « actualisation de délégation de compétences consentie au maire en matière d’urbanisme ».

Derrière cette mise à jour, la suspension, par la cour administrative d’appel de Paris, du permis de construire du futur bassin d’entraînement d’Aubervilliers pour les Jeux olympiques de Paris 2024 pour « irrégularités ».

Irrégularité dans le permis de construire

Parmi les irrégularités soulevées figure notamment le droit de la mairie de signer le permis de construire sans le soumettre au conseil municipal. Jusqu’alors, la mairie était autorisée à déposer des demandes d’autorisation d’urbanisme, au nom de la commune, dans la limite de 30 millions d’euros par projet. Or, dans le cas de l’épineux projet de piscine olympique, le coût est estimé à 33,6 millions d’euros.

Jeudi soir, Karine Franclet demandait ainsi au conseil de relever le seuil à 45 millions d’euros. « C’est une erreur soulevée par le juge que nous pouvons corriger aujourd’hui », a-t-elle appelé alors qu’elle a renoncé à se pourvoir en cassation. « Avec cette augmentation de seuil, vous allez pouvoir signer seule des projets à 45 millions d’euros. Comment vous confier aveuglément un tel pouvoir ? », a interrogé Sofienne Karroumi, ex-adjoint de la mairie PCF. Après un vote à bulletin secret, la délibération est finalement approuvée malgré 14 voix contre. 

Des arbres pas suffisamment nombreux

Si les élus d’opposition étaient peu enclin à corriger la faute de la maire d’Aubervilliers, c’est que la construction de la piscine olympique et surtout, celle de son solarium en lieu et place de jardins ouvriers suscite, depuis plusieurs mois, une importante mobilisation de la part de collectifs défenseurs des jardins. 

Autres points que la Ville devra corriger dans les prochaines semaines si elle veut une reprise du chantier et ainsi tenir les délais de construction de cet ouvrage olympique : la végétalisation du projet. Le jugement estime que le nombre d’arbres abattus n’est pas suffisamment compensé. « Nous travaillerons sur les autres points avec les différents acteurs du projet », affirmé Karine Franclet à l’assemblée. 

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Actu Seine-Saint-Denis dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.





Source link

Quelle est votre réaction ?

Articles Similaires

1 of 10 945

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.