Sud

PONT DU GARD Une journée pour rappeler les droits des enfants

Près d’une trentaine d’exposants étaient présents l’après-midi. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Le 20 novembre 1981, la Convention internationale des droits de l’enfant était signée à l’Organisation des nations unies (ONU). En découlera une fête universelle des droits de l’enfant, célébrée chaque 20 novembre. Fête initiée par un Gardois : Jean-Marie Boyer, ancien membre de la Jeune chambre économique (JCE) de Nîmes et sa région. 

Depuis 2017, cette journée s’est transformée en forum des enfants. Un événement unique qui s’est tenu jusqu’à présent à Nîmes et de manière dématérialisée l’année dernière, covid oblige. Ce mercredi, la 5e édition du forum des enfants a eu lieu pour la première fois au Pont du Gard. « Ainsi notre action prend une ampleur plus départementale« , glisse Myriam Alexander, présidente de la JCE de Nîmes.

L’association fait partie des cinq structures co-organisatrices, à savoir l’association Coste, la Ligue de l’enseignement du Gard, Les Francas du Gard, Action contre la faim Gard et DEI-Gard. Chaque année, l’événement prend de l’ampleur. Ce mercredi, entre les enfants, les parents, les centres de loisirs et autres professionnels, ce sont 500 personnes qui étaient attendues, venant de tout le département.

Paseo a organisé un atelier pour fabriquer son propre porte-photo et ainsi afficher les images de sa famille. Car le droit à une famille est un des droits de l’enfant. (Marie Meunier / Objectif Gard)

L’après-midi, près d’une trentaine d’exposants ont proposé des jeux, des ateliers ludiques autour des droits de l’enfant. L’association nîmoise Paseo avait apporté son jeu de cartes et d’images à relier. Chacune correspond à un droit de l’enfant : la santé, l’éducation, la non-discrimination, à la protection contre les violences… « On fait aussi un atelier où les enfants fixent un fil d’acier à un pot et le transforment en porte-photos pour mettre les clichés de leur famille« , indique Lison, en service civique chez Paseo.

Florent Bril, directeur, et Marie-Jeanne Simonin, présidente de l’association Coste. (Marie Meunier / Objectif Gard)

L’association reconnue d’utilité publique « Coste » tenait aussi un stand pour expliquer son action. Elle héberge des mineurs identifiés par l’Aide sociale à l’enfance ou des mineurs non-accompagnés. Elle a organisé une réunion avec des adolescents, des jeunes adultes, des parents pour échanger sur les problématiques d’éducation.

Au stand de la gendarmerie, on a parlé de la Maison de protection des familles du Gard. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Fidèle au poste depuis la création du forum, la gendarmerie avait aussi un stand. Le major Isabelle Sabatier a présenté la Maison de protection des familles du Gard et ses missions : la prévention auprès des enfants et des parents sur les violences, le harcèlement, les addictions aux substances mais aussi aux jeux vidéos ou à Internet, « qui à trop grandes doses peuvent dérégler le cycle du sommeil chez les plus jeunes« … « On rappelle les droits et les devoirs de chacun. Quand c’est un gendarme qui le dit, ça a encore un certain impact« , indique le major Sabatier.

À la table de la Ligue de l’enseignement du Gard, un jeu Mémory était aussi à disposition pour inviter à la discussion : « Il faut qu’ils prennent conscience que dans tous les pays, les droits ne sont pas les mêmes. Mais quand les leurs ne sont pas respectés, ils ne doivent pas rester seuls et en parler« , indique Audrey, la coordinatrice du secteur Éducation-jeunesse. On espère que les messages vont infuser dans l’esprit de nos jeunes Gardois qui ont l’air d’avoir tous apprécié leur journée « intéressante », « chouette » et « amusante« , selon les impressions recueillies.

Marie Meunier





Source link

admin
the authoradmin

Laisser un commentaire