Home En bref Près de Flers, un maire victime de violences et d’injures devant les poubelles
En bref

Près de Flers, un maire victime de violences et d’injures devant les poubelles

Les verres sur le container près du stade
Pour les verres, des containers sont spécifiques. Ce que ne semble pas avoir compris cet habitant de Larchamp, près de Flers (Orne). ©L’Orne Combattante

Un ressortissant anglais, âgé de 58 ans, installé à Tinchebray-Bocage (Orne), comparaissait ce mardi 24 janvier 2023 devant le tribunal correctionnel d‘Argentan. Il lui est reproché des violences et des outrages à l’encontre du maire délégué de la commune de Larchamp. Tout serait parti de bouteilles en verre jetées dans un container à ordures ménagères. 

Des violences et des injures à l’encontre du maire

Le 4 septembre 2022, le maire délégué de la commune de Larchamp déposait plainte à la gendarmerie pour des violences dont il déclarait avoir été victime. Il expliquait qu’il était à son domicile quand il a entendu des bruits de verre à la hauteur des containers à ordures ménagères.

Il s’est rendu sur place et s’est positionné devant le véhicule de l’homme qui venait de jeter ce verre et qui, visiblement, voulait repartir. Il a été contraint de donner des coups de poing sur le capot pour le stopper. Le conducteur est alors descendu et l’aurait poussé. Il a récupéré les clés de sa voiture pour l’empêcher de partir.

À lire aussi

  • Athis et Putanges : ils volent des tonnes de métaux pour payer leurs factures

Durant tout ce temps, il est outragé à plusieurs reprises et plusieurs reprises « fuck you » fusent avant qu’il ne soit poussé au niveau du torse et serré au bras.

Les voisins interviendront et maîtriseront le conducteur de cette voiture. Il précisera que ces faits s’étaient déjà produits, avec le même homme, en juin.

L’homme conteste les faits

Placé en garde à vue, cet homme d’origine anglaise, âgé de 58 ans, contestait les faits, position qu’il a gardée à la barre du tribunal.

Avec l’aide d’un interprète, il explique qu’il avait décidé de jeter plusieurs bouteilles de verre. Il avait vu sur son trajet des containers. Rien, aucun affichage apparent n’indiquait que c’était interdit au verre.

À lire aussi

  • Le conducteur est contrôlé avec plus de 100 g de cannabis à Flers

« Ce container n’était pas pour le verre, vous le saviez ? Cela fait combien de temps que vous êtes en France ? », lui demande la présidente. « Cela fait cinq ans et demi que je suis en France et il y a, encore aujourd’hui, des containers où le tri n’est pas exigé ».

Ses explications seront différentes et c’est lui qui aurait été victime des agissements de ces hommes. Selon lui, il a été sorti de sa voiture sans même un bonjour.

Il ne comprenait rien, il ne savait pas ce qu’il se passait. Il a été poussé à coups d’épaule par le maire qui en a profité pour lui prendre ses clés de voiture. Choqué, il lui aurait demandé pourquoi il lui prenait ses clés, mais sans réponse, il a tenté à plusieurs reprises de les récupérer.

Ils lui prennent ses clés et son téléphone

Certainement alertés par les cris, des gens sont arrivés, dont l’un d’eux tenait à la main, une barre de fer. Un de ces hommes l’aurait attrapé par le cou pendant qu’un autre filmait. Alors qu’il décidait d’appeler les gendarmes, un de ces hommes lui prend son téléphone et part avec. Il n’avait plus de clé, plus de téléphone.

À lire aussi

  • Le Sirtom Flers-Condé organise un concours pour partager ses astuces anti-gaspillage

« Vous saviez que cet homme était le maire de la commune ? », lui demande la présidente. « Oui, je l’avais déjà rencontré ».

« Si vous avez été victime de violences, comme vous le dites, pourquoi ne pas avoir déposé plainte ? », reprend la présidente. « Mais je l’ai fait quelques jours après. J’avais même déposé un courrier relatant les faits dans la boite aux lettres de la gendarmerie« .

Il affirmera que tous les témoignages recueillis ne sont que fantaisies et mensonges.

Le maire explique à l’audience qu’il avait déjà eu une altercation avec cet homme au mois de juin pour les mêmes raisons. Il maintient ses déclarations et désire se constituer partie civile.

Une vidéo confirme les propos du maire

Pour la procureure de la République, les faits sont établis et le visionnage de la vidéo réalisée par un témoin confirme qu’il y a bien des menaces à plusieurs reprises, qu’il y a eu bousculades, mais initiées par le prévenu. Elle requiert, en répression, un stage de citoyenneté outre une amende délictuelle de 1 000 €.

Pour la défense, ce jour-là, son client s’est fait prendre à partie par le maire et ses sbires. C’est bien le maire qui a commencé à utiliser la violence. « Il s’est planté devant la voiture de mon client, et de quel droit il a tapé sur le capot de sa voiture ? De quel droit il lui a pris les clés de sa voiture ? « .

À lire aussi

  • Près de Flers, un car scolaire termine au fossé : tout le monde est indemne

Six personnes qui ont eu un comportement virulent face à son client, qui lui ont pris son téléphone, tout ça pour une histoire de verre. Selon elle, le visionnage de cette vidéo confirme bien les déclarations de son client et demande au tribunal d’entrer en voie de relaxe.

Le jugement est mis en délibéré et la décision sera rendue à l’audience du 14 février 2023.

https://maps.google.com/maps?q=48.69409716376514,-0.6843290440917982&z=15&output=embed

Related Articles

En bref

Marne : Sylvie Bruneaux devient la nouvelle bâtonnière de saint Vincent

Fête faite de traditions, la Saint-Vincent fait honneur au village. ©LPB C’est...

En bref

Marne : le brevet des collèges, souvenir pour les uns, angoisse pour les autres…

Des élèves fiers de recevoir leurs diplômes ©DR Ils sont 73 anciens...

En bref

Foot (N3). Fougères poursuit son impressionnante série

Simon, double buteur ©La Chronique républicaine Il ne fallait pas arriver en...

En bref

Château-Thierry : collège et lycée à l’heure allemande

À l’issue de la réception à l’hôtel de ville. ©LPB Les élèves...