Près de Guingamp : le projet géant d’usine à saumon a-t-il du plomb dans l’aile ?

L’usine d’élevage, d’abattage et de transformation de saumons de la société norvégienne Smart Salmon se situera sur un terrain de 10 ha, sur la commune de Plouisy, près de Guingamp, dans les Côtes-d’Armor. (©Capture d’écran de la vidéo de Smart Salmon Group)
L’usine d’élevage, d’abattage et de transformation de saumons de la société norvégienne Smart Salmon est prévue sur un terrain de 10 ha, à Plouisy (zone de Kerizac), près de Guingamp, dans les Côtes-d’Armor. ©(©Capture d’écran de la vidéo de Smart Salmon Group)

Seize mois après l’annonce du projet d’installation d’une usine d’élevage, d’abattage et de transformation de saumons sur la commune de Plouisy, près de Guingamp, les investisseurs norvégiens n’ont toujours pas déposé de dossier à la préfecture des Côtes-d’Armor. En attendant, la colère monte du côté des opposants au projet.

Peu d’informations

Le 1er juin 2021, Guingamp Paimpol Agglomération (GPA) donnait son accord au processus de vente d’un terrain de 10 ha sur le parc d’activités intercommunal de Kérizac, à Plouisy.

Le bénéficiaire : la société norvégienne Smart Salmon, dans le but d’y construire une usine d’élevage, d’abattage et de transformation de saumons.

Ce soir de conseil communautaire, l’annonce du projet par Philippe Le Goff, vice-président de GPA, en charge de l’économie et de l’emploi, avait surpris la majorité des élus. Peu d’éléments étaient donnés sur la nature du projet, sinon que l’investissement avoisinait les 100 M€, que la production annuelle serait de 10 000 tonnes (pour commencer) et qu’une centaine d’emplois étaient à la clé.

Aux questions de certains élus incrédules sur la capacité de la collectivité à fournir suffisamment d’eau pour alimenter l’usine ou sur la gestion des rejets, les réponses restaient vagues.

Smart Salmon ne répond pas

Finalement, on n’apprenait pas grand chose de plus que tout à chacun est capable de trouver sur le site internet de la société Smart Salmon

Seize mois plus tard, rien de nouveau du côté de Smart Salmon. Nous avons tenté de les joindre à plusieurs reprises. Sans succès.

Vidéos : en ce moment sur Actu

Pas de réponse donc à la question de savoir où en était leur projet aujourd’hui. Après cette succincte présentation des élus de GPA, la seule officielle jusqu’alors, on ne voit toujours rien venir. Ce qui étonne d’autant plus que le société norvégienne souhaitait agir vite, selon Guingamp Paimpol Agglomération. 

Rien de neuf du côté de l’agglo

Sur son site internet, Smart Salmon prévoyait effectivement d’obtenir les autorisations nécessaires à l’implantation de son usine fin 2022 pour un début de chantier l’année suivante…

Oui mais voilà, le dossier de la société norvégienne n’a toujours pas été déposé à la préfecture des Côtes-d’Armor, première étape du long processus administratif qui attend Smart Salmon. « Il n’y a pas eu de dépôt de dossier pour ce projet », confirment les services de la préfecture.

Rien de nouveau non plus du côté de GPA qui par son silence entretient les craintes émises par les opposants au projet. 

La contestation monte

« Aujourd’hui, le dossier n’est pas déposé mais la société continue à travailler sur le projet », commente Philippe Le Goff, vice-président de GPA chargé de l’économie, des grands projets et de l’emploi, qui se refuse à tout autre commentaire.

Rapidement après la présentation, un collectif, Dourioù Gouez, était créé pour s’opposer au projet norvégien.

Début septembre, le collectif s’est une nouvelle fois mobilisé devant le siège de GPA, à Guingamp.

Nous contestons fermement le bien fondé de ce projet d’un autre temps, démesuré dans sa dimension et nocif pour l’environnement

Dourioù Gouez

Le collectif regrette encore « le manque de transparence et la nécessité d’une réunion d’information publique initiée par GPA. »

Les élus invités à s’exprimer

Le collectif émet un vœu : « Nous demandons à chaque conseiller de GPA de prendre clairement position sur ce sujet ».

En cela, il est rejoint par d’autres organisations, la  Confédération Paysanne, Eau & Rivières de Bretagne et la Fédération Régionale de la Conchyliculture. Dans un courrier commun, adressé à Vincent Le Meaux, président de GPA, ils demandent « de bien vouloir réexaminer en conseil communautaire la décision d’accueillir I’activité de cette société à la technologie inappropriée aux défis climatiques qui nous attendent ».

Pour mémoire, le prochain conseil de GPA se tient mardi 27 septembre…

Pour appuyer leur demande, les uns comme les autres évoquent l’état de crise sécheresse et le manque d’eau qui se fait sentir. « Le projet démesuré de la société Smart Salmon ne pourrait qu’aggraver les difficultés actuelles », estiment ainsi les auteurs de ce courrier adressé au président de GPA.

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre L’Écho de l’Argoat dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.





Source link

admin

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.