A la une

Présence de cyanure, squattage, pollution ? L’ex-usine de production d’eau potable de Vire Normandie est laissée à l’abandon

Bâtie dans les années 50, l'ancienne usine de production d'eau potable de Vier Normandie (Calvados) est régulièrement visitée. Mais elle pourrait être dangereuse tant pour l'homme que pour l'environnement.
Bâtie dans les années 50, l’ancienne usine de production d’eau potable de Vire Normandie (Calvados) est régulièrement visitée. Mais elle pourrait être dangereuse tant pour l’homme que pour l’environnement. (©La Voix Le Bocage)

L’usine de production d’eau potable du Pont Neuf à Vire Normandie (Calvados) a été construite dans les années 1950. Dès 2001, la Ville se lance dans une réflexion voyant cette usine prendre de l’âge et ne répondant plus aux normes de l’époque en termes de qualité de l’eau.

En 2006, le Conseil Municipal valide l’édification d’une nouvelle usine bien plus moderne. Elle sortira de terre en 2011 pour une mise en service l’année suivante.

Un souci environnemental ?

Fermée depuis dix ans, l’usine du Pont Neuf est aujourd’hui une friche bien connue des squatteurs et des pratiquants d’Urbex, discipline qui consiste à visiter des lieux abandonnés pour y prendre des photos. « Je m’y suis essayé », témoigne Serge Couasnon, afin « d’attirer solennellement l’attention de nos collègues élus. J’ai donc filmé et photographié les vestiges de l’usine et rien n’a changé », constate-t-il. 

« J’ai vu dans quel état d’abandon l’usine avait été laissée et je confirme la présence de produits pouvant provoquer un risque pour l’environnement ou pour les curieux qui les manipuleraient ».

Serge CouasnonElu de la minorité municipale

Présence de cyanure ?

Devant l’assemblée d’élus du conseil municipal, lundi 27 septembre 2021, Serge Couasnon va encore plus loin et relate des propos qu’un concitoyen lui aurait tenus, « il y a du cyanure dans ces locaux ». Et continue sa description : « à l’étage, dans ce qui devait être le laboratoire, […] sur le sol, sur la paillasse, dans l’évier subsistent encore des quantités de plaquettes de produits chimiques potentiellement dangereux ».

« On ne peut pas laisser cet équipement dans ces conditions », réitère l’élu au maire Marc Andreu Sabater en lui adressant les clichés et ses constatations. Il remet également des échantillons des produits trouvés sur place à Joël Droullon, adjoint au maire en charge de la gestion de l’eau, qui prend la parole : « On sait qu’elle est squattée », admet-il en précisant toutefois que la Ville n’aurait « pas la gestion de ce site. Je ne pense pas. À vérifier ».

« On va effectivement regarder ça », confirme Marc Andreu Sabater. Le dernier mot revient à Serge Couasnon : « Si c’est à l’État, il faudra lui demander de faire le nécessaire. Et vite ». A suivre.

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre La Voix le Bocage dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.





Source link

Quelle est votre réaction ?

Articles Similaires

1 of 10 945

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.