Please assign a menu to the primary menu location under menu

Sports

Quimper : Benjamin Taubenheim, un gymnaste hors normes

Benjamin Taubenheim s'entraîne au gymnase de La Quimpéroise, à Quimper.
Benjamin Taubenheim s’entraîne au gymnase de La Quimpéroise, à Quimper. (©Côté Quimper)

À La Quimpéroise, les garçons sont minoritaires. Quant aux hommes de plus de 30 ans, ils sont une petite poignée. Benjamin Taubenheim est le plus âgé à pratiquer la gymnastique en compétition. Il a 44 ans… mais surpasse la plupart des concurrents qui ont la moitié de son âge.

L’athlète allemand a un parcours pour le moins singulier. « Je vivais en RDA, à Leipzig. À 7 ans, j’ai été repéré pour mon physique. J’ai alors pratiqué la gym dans un établissement spécialisé jusqu’à mes 12 ans, à la chute du Mur de Berlin », relate le gymnaste.

Il se montre vite très doué et figure parmi les meilleurs. Il faut dire quil sentraîne six jours sur sept, deux fois par jour.

À 12 ans, il cesse complètement la gym et se tourne vers dautres sports : foot, tennis, breakdanceDevenu papa, il inscrit ses deux garçons à la gym et prend lui-même une licence à 37 ans. « À ma grande surprise, c’est revenu assez vite. J’ai retrouvé le niveau de mes 12 ans et je l’ai dépassé. » Ses enfants, eux, nont pas accroché.

Prof à Bannalec et Pont-Aven

Depuis 2017, Benjamin Taubenheim a rejoint La Quimpéroise. Il est revenu en France à cette date après un premier séjour entre 2007 et 2010 à Châteaulin en tant quassistant de langue.

Il est désormais professeur dallemand dans les collèges de Bannalec et Pont-Aven. « J’avoue qu’avant de revenir dans le Finistère, j’ai regardé où se trouvaient les clubs de gym. J’avais repéré celui de Quimper. »

Il a limpression dy avoir trouvé une deuxième famille. Deux à trois fois par semaine, Benjamin Taubenheim vient sentraîner. 

Benjamin est un exemple pour les jeunes. C’est une machine. Il ne s’arrête jamais, enchaîne les figures.

Carl FlochlayEntraîneur à la Quimpéroise.

Champion de Bretagne par équipe

« Si je veux maintenir mon niveau, je n’ai pas trop le choix, je dois m’entraîner sérieusement », justifie l’intéressé qui apprécie la dimension physique de ce sport, son exigence, la compétition mais aussi la prise de risque. « Je suis néanmoins devenu raisonnable. Je ne peux pas me permettre de me blesser. »

Le quadragénaire a encore une marge de progression. Il entend bien en profiter au maximum et sillustre encore en compétition. Avant le Covid-19, il a obtenu le titre de champion de Bretagne par équipe.

Cette année, il aimerait concourir par équipe et en individuel. Les compétitions devraient commencer début 2022. Ce qui lui laisse le temps de tenter de nouvelles figures et de repousser un peu plus loin ses limites.

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Côté Quimper dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.





Source link

admin
the authoradmin

Laisser un commentaire