Refus d’obtempérer dans le Nord: le conducteur transportait 11 kg d’héroïne

Le policier, toujours hospitalisé, a été victime de fractures du sacrum et d’une vertèbre lombaire, a ajouté M. Vicentini lors d’un point presse, ajoutant qu’il s’était vu prescrire plus de deux mois d’interruption de travail.

« Il y a aussi (…) un état de choc avéré« , a souligné Guillaume Tison, commissaire central de Valenciennes.

Le conducteur, un Marocain âgé de 29 ans, est toujours en garde à vue pour détention de stupéfiants, refus d’obtempérer, port d’arme blanche et « tentative de meurtre sur agent de la force publique », une qualification qui, si elle était retenue, lui ferait encourir la réclusion à perpétuité.

« Pour l’instant, l’intention homicide est niée » par le suspect, a précisé le procureur, qui a souligné la politique de « zéro tolérance » appliquée pour ce type d’infractions, dont les auteurs présumés sont « systématiquement déférés » et présentés à un magistrat même en l’absence de victime.

L’homme avait déjà été condamné cinq fois en France, dont une pour refus d’obtempérer aggravé, a indiqué M. Vicentini. En 2019, il s’était en effet vu infliger 10 mois de prison, dont 4 avec sursis et mise à l’épreuve, une peine entièrement purgée au moment des faits.

Lundi vers 23H30, il avait pris la fuite lors d’un contrôle douanier près de Maubeuge (Nord), avant de tenter d’éviter une herse et de renverser un policier déployé pour l’intercepter sur un rond-point à une cinquantaine de kilomètres de là, à Anzin, dans la périphérie de Valenciennes, vers 0H15.

Dans sa voiture, les policiers ont découvert des paquets contenant 11 kilos d’héroïne, une quantité « conséquente », a estimé M. Vicentini.

Il détenait également des armes blanches, un couteau et un poing américain. Des investigations sont en cours sur l’authenticité des papiers d’identité belges retrouvés sur lui.

Selon Gérald Darmanin, « 41 blessés graves policiers et gendarmes » sont a déplorer lors de refus d’obtempérer depuis le 1er janvier. Le dernier décès policier dans ces circonstances remonte à août 2020 dans la Sarthe.

Les tirs mortels de la police lors de refus d’obtempérer ont quant à eux causé 10 décès depuis le début de l’année.



Source link

admin

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.