News 24-7

relaxé, le chirurgien Gilles Norotte charge le docteur Hammami

Sur le plateau de BFM DICI, le chirurgien Gilles Norotte a réglé ses comptes avec le Dr Hammami.

Définitivement relaxé depuis trois jours, le chirurgien Gilles Norotte s’est adressé aux parties civiles qui ne comprennent pas cette décision de justice. Sur le plateau de BFM DICI, ce lundi soir, il leur adresse notamment sa « tristesse » et sa « colère » et pointe du doigt un responsable, le docteur Hammami.

« Je voudrais m’adresser aux patients et notamment à ceux qui se sont constitués parties civiles et leur dire aujourd’hui ma tristesse et ma colère, déclare Gilles Norotte. Ils ont été instrumentalisés et manipulés par le docteur Hammami et son acolyte Alain Bernard, par une campagne de presse mensongère, dans un domaine qui est compliqué. »

Pour rappel, le chirurgien Raouf Hammami avait dénoncé une pratique chirurgicale controversée, la cimentoplastie discale, à laquelle avait recours Gilles Norotte. Jugé en mars dernier pour des infractions de recherches biomédicales sans autorisation et sans consentement, le chirurgien Gilles Norotte a été relaxé début juin.

« Il a utilisé ses patients pour soigner son égo »

Depuis le début de cette affaire, sur fond de conflit opposant les deux chirurgiens, le centre hospitalier de Gap traverse une crise interne. En ce sens, Gilles Norotte a d’ailleurs indiqué aux parties civiles qu’il n’y avait pas qu’elles qui étaient « victimes du Dr Hammami ».

« Il y a tout l’établissement hospitalier qui a été sali, explique-t-il. Le personnel et l’équipe d’orthopédie ont été trahis par le docteur Hammami qui a violé le secret médical et qui a trahi ses collègues, à la fois au Conseil de l’Ordre et dans le cadre du service hospitalier. »

Sans revenir sur ce qu’il a vécu personnellement – « j’ose à peine parler de ce que ma famille a eu à supporter avec ce harcèlement médiatique organisé par le Dr Hammami » – Gilles Norotte s’en prend à l’égo de son confrère.

« Tout ça, pour ça, pour un individu à qui on demandait de soigner les patients et qui a utilisé les patients pour soigner son égo, affirme-t-il. Quand vous pensez qu’il y a encore trois jours, il se permettait de critiquer le procureur de la République et le jugement qui a été rendu sur sa page Facebook en citant La Fontaine. Il ferait mieux de relire ‘La grenouille qui veut se faire aussi grosse qu’un boeuf’. »

De plus, pour ce dernier, les parties civiles n’ont pas été informées d’un rapport de l’Agence régionale de santé « qui attirait l’attention sur les troubles du comportement du docteur Hammami, confirmés par une enquête missionnée par le CNG ».

« Plus que de sanctions, il a besoin de soins »

Interrogé sur son envie de revenir au Chicas de Gap, à laquelle il répond se tenir à la disposition du chef de service pour « assurer la pérennité de la prise en charge rachidienne en formant un jeune collègue », il critique la demande de réintégration du Dr Hammami.

« Quand vous pensez qu’il demande aujourd’hui sa réintégration, qu’est ce qu’il veut détruire encore à l’hôpital de Gap? On se pose la question. »

Gilles Norotte répond également à ses détracteurs qui estiment qu’il bénéficie de protection médicale et administrative à Gap. « Je crois que le complotisme d’Hammami fait partie de sa personnalité et que ça, malheureusement comme le disait le Dr Bernard Parent: ‘plus que de sanctions, il a besoin de soins. »



Source link

Quelle est votre réaction ?

Articles Similaires

1 of 12 541

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.