MotoSports

Rins : Suzuki peut conserver son “harmonie” sans Brivio

L'année 2021 a débuté avec une mauvaise surprise pour Suzuki, le départ de Davide Brivio, son emblématique directeur d'équipe, attendu chez Alpine en F1. Brivio était la principale figure de la firme de Hamamatsu en MotoGP et Álex Rins ne cache pas sa surprise après cette décision, le manager italien ne l'ayant informé de son départ qu'au dernier moment.

"Sincèrement, j'ai appris la nouvelle soudainement, sans véritable alerte, il m'a appelé à la veille de l'annonce", a déclaré le pilote catalan dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com. "Il m'a dit qu'il quittait l'équipe, au début j'ai cru à une blague, mais c'était vrai et j'ai été très surpris. Il a fait un travail incroyable pour Suzuki et maintenant une nouvelle aventure débute pour lui."

Suzuki a décroché les titres des équipes et des pilotes, grâce à Joan Mir, en 2020, et l'équipe sous sa forme actuelle a été intégralement mise en place par Davide Brivio. Conscient que ce départ pourrait créer du remous, Álex Rins estime cependant que le dirigeant a créé une structure suffisamment stable pour qu'elle tourne encore efficacement en son absence.

"Je ne sais pas s'il y aura des conséquences. Évidemment, il y aura un vide, la place occupée par Davide. Cela aura sûrement des conséquences, mais je ne pense pas que ce sera négatif. L'équipe bénéficie d'une harmonie incroyable et c'est aussi l'une des choses qu'il a accomplies. Si vous m'aviez dit que l'équipe changeait tous les mécaniciens tous les ans, que de nouvelles personnes arrivaient, etc, j'aurais dit que nous sommes un peu perdus, mais ce n'est pas le cas. Cela va changer parce que la figure de Davide ne sera plus là, mais pas tant que ça."

Lire aussi :

Selon les informations de Motorsport.com, Suzuki n'a pas l'intention de recruter un nouveau directeur d'équipe ni de recourir à une promotion en interne, préférant répartir les responsabilités de Brivio entre différents membres actuels de l'équipe. Rins n'a pas discuté des solutions à l'étude avec ses dirigeants mais il préconise d'éviter des évolutions significatives dans l'organigramme, la stabilité règlementaire jouant en faveur de la marque.

"Sincèrement, je ne sais pas ce que Suzuki compte faire, je n'en ai aucune idée et je n'en ai pas parlé avec eux", reconnaît Rins. "Mais je pense que pour 2021, et je parle comme si j'étais M. Suzuki [rires], je laisserais les choses telles qu'elles sont. Il n'y a pas de gros changements possibles cette année, le développement des moteurs est gelé, et l'équipe tourne bien. Je chercherais quelqu'un pour l'avenir, je veux dire que je ne me précipiterais pas pour signer quelqu'un, ce pourrait être une erreur pour Suzuki."

Álex Rins regrette cependant le départ de Davide Brivio, qui lui a permis de faire ses débuts en MotoGP en 2017 et lui a toujours fait confiance, malgré une première campagne difficile : "Nous avions et nous avons une très bonne relation, je lui suis très reconnaissant de ce qu'il a fait année après année, et de m'avoir donné cette opportunité en 2017, après une saison difficile marquée par plusieurs blessures, il m'a maintenu sa confiance."

Propos recueillis par Oriol Puigdemont

Voir aussi :

Source de l’article Ici

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page