Roger Federer s’apprête à faire ses adieux au tennis mondial ce vendredi soir


Jean-François Pérès, édité par Thibault Nadal

Adulé par certains, respecté par tous, Roger Federer va tirer un trait vendredi soir sur près de 25 années d’une carrière exceptionnelle dans le tennis en s’offrant comme bal d’adieu, un double avec celui qui fut son plus grand rival, Rafael Nadal, à la Laver Cup à Londres. « Je ne sais pas si j’arriverais à gérer tout ça », a expliqué le Suisse.

Les adieux d’une légende. Ce vendredi soir, dans le cadre de la Laver Cup à Londres, Roger Federer jouera le dernier match de son immense carrière. Pour l’occasion, le Suisse disputera une affiche de rêve puisqu’il sera associé en double à son plus grand rival et ami, Rafael Nadal. Les deux hommes seront opposés à la paire Jack Sock – Frances Tiafoe.

 

Une sortie planifiée ?

Avec cette association de rêve, Roger Federer donne l’impression d’avoir planifié le jour et la manière de sa sortie malgré ses problèmes physiques récurrents au genou. « Tout athlète rêve de contrôler ou de pouvoir être décideur de sa sortie. Il a décidé de le faire à Londres, je trouve que c’est bien, c’est mérité. Il en a les hommages qui lui sont dus, il y aura beaucoup de réactions, bien au-delà du monde du tennis », explique Cédric Pioline, consultant tennis pour Europe 1.

« Il a donné envie de jouer au tennis à énormément de gens »

Ce vendredi soir à Londres, l’émotion étrennera les 20.000 chanceux qui ont réussi à trouver une place. Nadal Federer côte à côte, cela repose la question du meilleur joueur de tous les temps. « Sur le jeu, sur la technique, sur la pureté, c’est probablement le meilleur joueur et le plus complet. Il a donné envie de jouer au tennis à énormément de gens. Je ne sais pas quel style de jeu va pouvoir remplacer le génie qu’était Roger Federer », tranche Gilles Moretton, le président de la Fédération française de tennis.

L’homme aux 20 victoires en tournois du Grand Chelem promet de ne pas trop s’éloigner de ce tennis qu’il aura incarné durant près d’un quart de siècle. « Je ne serai pas un fantôme », assure-t-il.





Source link

admin

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.