Sports

Rugby. A Flamanville, « on a pris le Covid en pleine tête »

Le ROC Flamanville, ici lors de la reprise de l'entraînement en juillet, débute sa saison dimanche en Honneur. Malheureusement, des problèmes d'effectif l'empêchent d'aligner une équipe réserve, ce qui est pourtant obligatoire à ce niveau.
Le ROC Flamanville, ici lors de la reprise de l’entraînement en juillet, débute sa saison dimanche en Honneur. Malheureusement, des problèmes d’effectif l’empêchent d’aligner une équipe réserve, ce qui est pourtant obligatoire à ce niveau. (©La Presse de la Manche)

Après quasiment un an sans jouer, le ROC Flamanville va retrouver le terrain, et surtout la compétition officielle, à l’occasion de la 1re journée de championnat Honneur, ce dimanche. C’est le seul club manchois engagé au plus haut niveau régional. « On est aussi le seul club issu d’une commune de 1 700 habitants, au nord de la Loire, à jouer en Honneur », précise avec fierté Stéphane Pelletant, responsable des équipes seniors.

Sans réserve, la relégation assurée ?

Si le coach souligne ce petit « miracle », c’est que les seniors du ROC vont peut-être vivre des jours un peu plus difficiles dans un avenir proche.

Il se pourrait même bien que les Nord-Cotentinois se retrouvent à l’échelon inférieur en mai prochain. La raison ? Un manque d’effectif leur empêche d’aligner une réserve, pourtant obligatoire à ce niveau. Et le règlement est clair, sans cette équipe « B », la sanction est normalement une rétrogradation administrative. La Fédération, dans un contexte que l’on sait compliqué pour le sport amateur, ne fera-t-elle pas preuve de mansuétude au moment du verdict ? On en saura plus dans les prochaines semaines même si au ROC, on ne l’envisage pas.

Après des saisons dans le haut de tableau, à flirter avec la montée en Fédéral 3, voilà donc Flamanville en difficulté. 

« Contrairement aux jeunes, beaucoup de seniors ont perdu de leur motivation, on a pris l’épisode Covid en pleine tête, certains ne veulent pas payer une licence tout en n’étant pas assurés que la saison ira au bout, d’autres ont pris deux ans, vont devenir papa et puis, il y a aussi la question du pass sanitaire obligatoire »

Stéphane Pelletant

« Retrouver un état d’esprit »

Le ROC Flamanville débute sa saison ce week-end avec environ 40 joueurs dans son effectif. « Avec les blessés et les absents, ce serait trop ric-rac d’aligner deux équipes sur plusieurs mois », constate l’entraîneur. 

« Alors, on s’est dit que même si on risquait la relégation, on allait se concentrer sur nous-mêmes, retrouver le plaisir du jeu, faire jouer tout le monde à ce niveau, travailler et progresser sur le plan individuel et collectif. »

Stéphane Pelletant

C’est aussi dans ces moments où une génération tire sa révérence qu’un club teste ses fondamentaux. « Les joueurs qui restent sont conscients de la situation, on va être très attentif à tout ce qu’il y a autour du terrain, on va réorganiser des fêtes, retrouver l’état d’esprit perdu depuis des mois puisqu’on ne se voyait pas », annonce celui qui reste en fonction en binôme avec Clément Bourgeois.

Dimanche, le premier test ne sera pas simple au stade du Château face à une formation d’Yvetot qui s’est, elle, renforcée cet été. « On n’a pas un calendrier facile pour débuter mais notre XV type n’est pas non plus mauvais, on va tout donner d’entrée. »

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre La Presse de la Manche dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.





Source link

Quelle est votre réaction ?

Articles Similaires

1 of 11 004

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.