Rugby. Jacquet, Chouly, Guirado… C’est la fin de la génération dorée, championne du monde U21

Le 25 juin 2006, l'équipe de France U21 était sacrée championne du monde à Clermont.
16 ans après leur titre mondial U21, les Bleuets de 2006 ont tous raccroché les crampons. (©Icon Sport)

Une grande et belle page du rugby français vient de se tourner. En effet, depuis la fin de cette saison 2021-2022, il ne reste plus aucun champion du monde Junior 2006 en activité au niveau professionnel.

Loïc Jacquet : « Il est temps de laisser la place aux jeunes »

Six champions du monde U21 nés en 1985-1986 ont décidé de mettre un terme à la carrière, ces dernières semaines : Loïc Jacquet avec Castres, Guilhem Guirado et Fulgence Ouedraogo avec Montpellier, Damien Chouly avec Perpignan, Maxime Médard avec Toulouse et enfin Lionel Beauxis, avec Béziers (Pro D2). Ce dernier, qui évoluait alors à Pau, avait d’ailleurs été le héros de la finale remportée face à l’Afrique du Sud, en marquant les 24 points des Bleus au pied (7 pénalités et un drop).

À notre connaissance, il y avait aussi trois autres champions du monde U21 qui évoluaient encore en amateur cette saison, l’ailier Thierry Brana avec Bédarrides/Châteauneuf-du-Pape (Fédérale 1), le pilier Yohan Montès avec son club formateur de Beauvais (Fédérale 1) et le troisième ligne Fabien Alexandre avec Voiron (Fédérale 2), mais ce dernier vient de définitivement raccrocher les crampons il y a un mois. 

d
En 2006, Maxime Médard n’avait pas encore ses rouflaquettes, mais de belles mèches blondes. (©Icon Sport)

« Toute cette génération 85-86 est effectivement arrivée en bout de course (rires) », reconnaissait ainsi le capitaine de cette sélection U21 Loïc Jacquet, avant la finale du Top 14 entre Castres et Montpellier. « C’est une page qui se tourne, mais cela fait partie de la vie. Il est temps de laisser la place aux jeunes », a ajouté celui qui a connu 18 saisons professionnelles, avec Clermont (2004-2016) puis Castres (2016-2022).

La composition de France U21, championne du monde en 2006

XV de départ : Médard ; Denos, Mermoz, Puyo, Fior ; (o) Beauxis, (m) Tillous-Borde ; Alexandre, Chouly, Ouedraogo ; Jacquet (cap.), Drozdz ; Montès, Sempéré, Cabarry
Remplaçants : Guirado, Domingo, Le Devedec, Bontinck, Tomas, Lacroix, Bourret.

Un Baby Bok de 2006, devenu international anglais en 2012, joue toujours

D’autres joueurs ont fait partie de cette aventure historique menée par les entraîneurs Didier Retière et Émile Ntamack, mais n’ont pas disputé la finale face aux Springboks (24-13) au stade Marcel-Michelin de Clermont-Ferrand. Il s’agissait de Florian Cazalot, Damien Weber, Arnaud Héguy, Steve Malonga, Aurélien Beco, Fabien Cibray, Christophe Clarac, Arnaud Mignardi ou encore Jacques Boussuge, qui sont tous éloignés des terrains professionnels. Même si le « Bison » Arnaud Mignardi va reprendre du service avec son club formateur, Auch (Nationale 2), après avoir entraîné Dax (Nationale 1) ces deux dernières saisons. 

Chez les Baby Boks de 2006, c’est le même topo, puisqu’ils ont tous ont tiré leur révérence (JP Pietersen, Scott Spedding, Jano Vermaak, Pierre Spies, Chiliboy Ralepelle, Heinke van der Merwe ou Marius Delport), hormis le centre des Saracens, Brad Barritt (35 ans), devenu international anglais (26 sélections) en 2012. À tous, on leur souhaite une bonne et heureuse retraite !

Vidéos : en ce moment sur Actu

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Actu Rugby dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.





Source link

admin

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.