Please assign a menu to the primary menu location under menu

Sports

Sarthe : Céleste Haubois, 14 ans et vice-championne de France d’escrime

Week-end sans compétition, Céleste a pu retrouver son club à Loué (Sarthe).
Week-end sans compétition, Céleste a pu retrouver son club d’escrime à Loué (Sarthe) vendredi 1er octobre 2021. (©Les Nouvelles de Sablé)

Samedi 3 juillet 2021, un nouveau sacre pour la jeune Sarthoise. Céleste Haubois, 14 ans, est sacrée vice-championne de France. Le titre fait la fierté de son club à Loué (Sarthe), le Cercle des Mousquetaires.

Désormais en classe sport-études à Nantes, elle a profité de son premier week-end sans compétition pour retrouver les adhérents.

« Quel plaisir de rejouer ici. Pas de pression, pas de prise de tête », sourit Céleste, son masque sous le bras vendredi 1er octobre. Ravie, elle découvre les photos de ses compétitions placardées.

« Un bon timing »

Trois mois auparavant, elle remportait l’argent. « Voilà au moins 40 ans que le club n’avait enregistré pareille performance », lance avec fierté Pierre Rolland, maître d’armes.

Ce titre, « ça change quelque chose. Des personnes, que l’on ne connaît pas, nous félicitent. On voit sa tête partout sur Facebook. Ce jour-là, j’ai eu le bon timing pour que tout se passe bien », raconte l’adolescente, âgée de 14 ans.


Pour travailler ses performances, elle a rejoint depuis la rentrée le Crefed de Nantes et étudie au lycée La Colinière. Elle ne le cache pas, la distance avec sa famille lui a pesé.

« C’était un peu compliqué au début. Il a fallu s’adapter. J’avais aussi peur d’être dégoûtée de l’escrime. »

D’une à deux séances par semaine, elle suit désormais 2 h 30 d’entraînements, trois fois par semaine. « Le jeudi, on a une préparation physique pour se renforcer et avoir plus de punch dans le combat. »

Le week-end, c’est généralement une compétition qui est au programme. À Dax, pour son premier circuit national, elle a fini 49e sur 102. « Ça me permet de gagner des points pour le championnat de France. C’est très enrichissant. Je rencontre beaucoup de champions. »

Jamais lâché l’escrime

L’escrime, elle l’a découverte en classe de CE2. « J’ai essayé et depuis je n’ai pas lâché. Quand je mets mon masque, je me sens bien. Tout part, je suis dans ma bulle. C’est un sport qui m’a donné confiance en moi. »

Se frottant à des adversaires de mieux en mieux classés, son regard sur les compétitions a évolué.

« Au début, je me disais que l’important c’est de participer. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Quand on fait plusieurs kilomètres pour jouer, on veut tout donner, faire de son mieux, exploser celui qui est en face. »

La sportive a du mordant et ce n’est pas son maître d’armes qui dira le contraire. « Elle est intelligente, sait bien analyser le cours d’un assaut. Même si elle sent que son adversaire est supérieur, elle voudra toujours donner le maximum. »

La maladie, elle l’oublie

Souffrant d’un diabète de type 1, sa maladie est loin d’impacter ses performances. « Ce n’est pas un handicap pour moi. Je n’y pense même pas. Les championnats de France, c’était un test pour voir si je tenais pendant l’effort. »

Une carrière professionnelle dans l’escrime serait-elle envisageable pour Céleste ? Elle reste très indécise.

« Pour le moment, j’aime ce que je fais. Aujourd’hui, je me centre sur le sport. Si je n’en fais pas mon métier, je veux au moins faire quelque chose qui bouge et où je peux discuter avec les gens car j’ai le contact facile », rit-elle.

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Les Nouvelles de Sablé dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.





Source link

admin
the authoradmin

Laisser un commentaire