Please assign a menu to the primary menu location under menu

Sports

Seine-et-Marne. Julie Lépicier, femme de défis !

Les défis s'enchaînent pour Julie Lépicier
Les défis s’enchaînent pour Julie Lépicier (©DR)

Pas de répit pour Julie. Du haut de ses 30 ans, l’athlète de Moissy-Cramayel ne s’arrête jamais et enchaine les défis sportifs à la recherche de nouveaux records. Le dernier en date : l’Infernal des Vosges, le mois dernier. Un ultra-trail de plus de 200km, pendant lequel la finisher a cumulé 56h de course et a fini 5e féminine. 

La jeune femme prépare maintenant des entraînements en vue du défi Octobre rose qui lutte contre le cancer du sein. Mais tout n’a pas toujours été rose pour Julie Lépicier. En effet, la course s’est révélée plutôt difficile dès son plus jeune âge.

« J’ai commencé comme tout enfant à essayer de courir vite, à sauter des haies, à courir longtemps mais je prenais trop de temps à arriver. J’ai décrété que courir c’était trop dur alors je me suis mise à la marche athlétique ».

Julie Lépicier

Après plusieurs qualifications aux championnats de France, elle finit par arrêter à cause de certaines douleurs. Ce qui ne l’a tout de même pas empêché de suivre une formation STAPS, pour laquelle elle est aujourd’hui intervenante à Evry, ainsi que présidente de l’association Moissy-Cramayel Athlétisme.

Passion Ultra Trail

Depuis environ 5 ans, Julie Lépicier s’est officiellement lancée dans le trail, avec tout ce que cela peut impliquer : douleurs articulaires, musculaires, entorse, digestion, terrain compliqué, météo compliquée… Des conditions extrêmes qui mettent à rude épreuve à la fois le corps et l’esprit. En prenant le départ de l’Origole (Ile-de-France) en décembre 2016, la jeune femme se lance dans une course de 112km avec un dénivelé positif de 3500m. « J’ai franchi la ligne d’arrivée avec beaucoup d’émotion, après 19h de course, se souvient-elle, alors que son binôme avait malheureusement abandonné. Etre finisher c’était mon but ».

S’ensuivent ainsi l’Ultra Trail du Mont Blanc, avec plus de 40h d’efforts, la Diagonale des fous (Ile de la Reunion) avec des panoramas à couper le souffle, et toujours autant d’ampoules aux pieds. « On le sait, sur les Ultra Trails, il faut être préparé physiquement et mentalement, précise Julie Lépicier. Le dépassement de soi, c’est aujourd’hui mon objectif premier ».

S’adapter au Covid-19

Avec le début de la crise sanitaire et les compétitions annulées, Julie s’adapte et fait son défi téléthon 24h dont une partie depuis son domicile, en live, avec une cagnotte record de 1554 euros. « J’ai cherché à rattraper cette année perdue », explique-elle, alors qu’elle s’inscrit ensuite à la Mimilkil pour 500 km et 7000 D+ , à 99% sur routes départementales.

Une course qui lui aura valu un abandon à 20km de l’arrivée et une inflammation à la cheville. L’infernale des Vosges, qui a eu lieu le 10 septembre dernier, où Julie Lépicier ressort finisher, prend alors un air de revanche.

Pour cette fin d’année, après avoir été selctionnée par la Fédération Française d’Athlétisme (FFA) pour être ambassadrice « Sport Planète Athlé », la sportive prépare de nouveaux entrainements « Octobre rose », mais aussi son 4e défi Téléthon en décembre. « Si le désert veut bien de moi, on se retrouvera peut être autour d’un debrief du Marathon des Sables 2022, mais avant ça, je vais devoir préparer ma crème à indice solaire +100 ! », annonce avec humour cette dernière.

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre La République de Seine et Marne dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.





Source link

admin
the authoradmin

Laisser un commentaire