Home Sud Théâtre de Nîmes : la famille en version drôle et trash par Les Chiens de Navarre
Sud

Théâtre de Nîmes : la famille en version drôle et trash par Les Chiens de Navarre

La compagnie Les Chiens de Navarre présente « Tout le monde ne peut pas être orphelin » au théâtre de Nîmes. Dernière représentation ce jeudi 17 février. 

Ils n’ont peur de rien Les Chiens de Navarre ! Avec « Tout le monde ne peut pas être orphelin », qu’ils présentaient ce mercredi 16 février au théâtre de Nîmes, ce sont tous les rituels de la famille qui y passent. C’est trash, c’est excessif, c’est décapant et c’est férocement drôle. Car ils osent tout, le pipi caca, les crises de nerfs, la tentation de l’arme blanche, Œdipe, Médée et même Patrick Bruel. 

Tout commence par un repas de Noël, où un couple d’anciens soixante-huitards annonce à ses enfants qu’ils ont vendu la maison familiale à des enfants qui ont du mal à grandir. Interprétés par les anciens Deschiens Olivier Saladin et Lorella Cravotta, les parents sont des jouisseurs qui pensent que les enfants sont des « cons ». Ils entendent bien en profiter et claquer l’argent au soleil. La bombe va dynamiter toutes les relations, très rapidement. Et les éclats de rire explosent à la même vitesse. 

Mais le spectacle prend ensuite le public par surprise, en éclatant la temporalité. Curieusement, le spectacle enchaîne les saynètes de la vie familiale, pour en déconstruire les codes, alternant la violence et la tendresse. La mise en scène de Jean-Christophe Meurisse et l’écriture collective jouent avec la salle, faisant des spectateurs les témoins de situations à la fois hilarantes et gênantes.

Les personnages portent les prénoms des comédiens qui les interprètent, avec un sentiment de vérité impressionnant. Dans les rôles des enfants et des beaux-enfants, « encore plus cons » que leurs moitiés selon les parents, Charlotte Laemmel, Hector Manuel, Lucrèce Sassela, Georges Slowick et Anthony Paliotti sont tous remarquables, dans l’outrance comme dans la fragilité, dans la colère comme dans l’amour. Et c’est la force de cette pièce, jouer avec la caricature, sans être caricaturale.  

Dernière représentation ce jeudi 17 février, 20 h. Théâtre Bernadette-Lafont, place de la Calade, Nîmes. De 9 € à 22 €. 04 66 36 65 10.

Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Articles

Sud

« Notre hôpital de campagne peut accueillir cent personnes par jour » : de Turquie, les pompiers gardois racontent

Dans le sud de la Turquie, 27 sapeurs-pompiers gardois ont installé avec...

Sud

NÎMES Escapades au Muséum et émotions des mammifères marins

<p>Fabienne Delfour&nbsp;est charg&eacute;e de conf&eacute;rences &agrave; l&rsquo;<a href="https://www.ephe.psl.eu">EPHE</a>, &eacute;thologue-c&eacute;tologue, elle &eacute;tudie le...

Sud

SAINT-GILLES 450 abricotiers déterrés et volés

<p>450 arbustes abricotiers ont &eacute;t&eacute; d&eacute;rob&eacute;s cette nuit de mercredi &agrave; jeudi...

Sud

Costières de Nîmes : les Vignes toquées reviennent avec, en cuisine, un nom mondialement connu

La traditionnelle balade gourmande en Costières de Nîmes se tiendra les 12,...