Sports

Thomas Combezou (Castres) : « On a envie de se retrouver après la grosse désillusion à Toulouse »

d
La débâcle subie lors du derby à Toulouse, il y a quinze jours, reste encore sur toutes les lèvres des Castrais, qui veulent se racheter à Lyon samedi. (Icon Sport)

Actu : Avez-vous eu peur que la victoire contre Brive (23-22) vous échappe dans les derniers instants de la partie ?

Thomas Combezou : Brive s’était bien resserré sur certaines valeurs, dont le combat. Ils se sont bien appliqués à nous de le démontrer, suite à leur défaite à Biarritz. De notre côté, on voulait faire un match avec une plus grosse domination offensivement, sauf que, malgré la possession, on n’a pas été capable de breaker et surtout de creuser l’écart au score, donc les Brivistes sont restés dans le match. Tout au long de la partie, ils ont cru en leur chance. Mais, après, de là à avoir eu peur et à serrer les fesses, je ne pense pas, car on a passé les cinq dernières minutes du match dans leur camp à tenter une pénaltouche. Malgré le score étriqué, la rencontre aurait très bien pu se terminer avec un essai à la fin et un résultat plus large. Après, il faut dire la vérité, les Brivistes ont fait un très bon match et nous, on a fait un match correct, mais on aurait pu faire mieux. On va aussi retenir la victoire, car cela fait quelques années que Brive est plus qu’enquiquinant à domicile. Il ne faut pas atténuer la valeur de ce résultat.


Cliquez ici pour visualiser le contenu

Racontez-nous votre retour dans le côté fermé qui a débouché sur l’essai de Geoffrey Palis contre Brive ? Que s’est-il passé dans votre tête ?

T.C : J’ai intrigué beaucoup de monde : « Mais où il va ? Qu’est-ce qu’il fait ? » (rires). Mais je voulais faire marquer « Jojo » (Geoffrey Palis) puisque c’était son 150e match avec le CO. C’était étudié à l’entraînement. J’avais analysé que l’ailier était dans le champ profond, que le 9 allait monter sur le 10 (rires). Plus sérieusement, j’ai senti qu’il y avait une grosse pression défensive et que l’on avait l’avantage et donc la possibilité de tenter un coup gagnant. C’est ça aussi le rugby. Il n’y a rien d’écrit. J’ai tenté, j’ai réussi et Jojo à marquer, donc c’est le principal. C’est un peu de chance, on va dire, mais ça a bien tourné.

Il y a toujours eu du caractère à Castres. On l’a prouvé depuis pas mal d’années. L’équipe est construite sur ces valeurs-là.

Thomas CombezouCentre de Castres

Comment abordez-vous ce déplacement important à Lyon pour se maintenir dans le top 6, avant la trêve internationale ?

T.C : C’est un match important, mais pas déterminant sur notre tableau de marche. Aujourd’hui, on a envie de se retrouver suite à la grosse désillusion qu’on a vécue à Toulouse, à l’extérieur (41-0, le 23 octobre, NDLR). On a envie de faire le meilleur match possible à Lyon, mais il faut oublier la victoire de l’an dernier, c’est une nouvelle saison, avec un nouvel effectif et de nouvelles ambitions. Nous ne sommes pas à la même place au classement qu’en décembre dernier (13e, NDLR). Ce sont deux belles équipes qui s’affrontent, le Castres Olympique, actuellement 4e, et Lyon qui est 6e, à un point de nous. C’est une grosse rencontre qui nous attend pour essayer de rester dans le haut du classement.

L’an dernier, la victoire à Lyon, à 14 contre 15, avait été le déclic de votre saison. Est-ce ce match qui vous a permis de prendre conscience du caractère de cette équipe ?

T.C : Il y a toujours eu du caractère à Castres. On l’a prouvé depuis pas mal d’années. L’équipe est construite sur ces valeurs-là. Le match de l’an dernier appartient au passé. C’est une rencontre que l’on avait bien négociée et qui nous avait permis de relever la tête à cette époque-là. Aujourd’hui, on est qu’au début du mois de novembre, donc on va essayer de ramener un résultat positif pour continuer à rester dans le top 6.

Quel regard portez-vous sur cette équipe de Lyon ?

T.C : On va rencontrer une belle équipe de LOU samedi. À domicile, les Lyonnais restent sur une très belle victoire face à Toulouse. Ils ont réalisé de très bons résultats depuis le début de la saison. Ils ont bien reçu Toulouse, Clermont et d’autres équipes, donc on va être face à une grosse équipe du haut de tableau et qui domine régulièrement ses adversaires avec un gros paquet d’avants et une bonne ligne de trois-quarts. Je trouve qu’ils sont bien huilés, leur système de jeu est bon, donc à nous de bien nous préparer, car on aura à faire à un gros match.

Je suis très heureux de pouvoir rejoindre les Barbarians Français la semaine prochaine à Lyon et participer au match contre les Tonga. Ce sont des instants rares dans une carrière de joueur.

Thomas CombezouCentre de Castres

Avec une dizaine d’internationaux en moins, le LOU n’est-il pas plus fébrile, comme il l’a montré à Montpellier samedi (défaite 30-8) ?

T.C : Personnellement, je n’aime pas trop regarder cela, car ça ne veut rien dire. Nous n’avons pas plus d’internationaux que ça nous et pourtant nous essayons de bien tourner. Aujourd’hui, les clubs de Top 14 comprennent entre 40 et 50 joueurs, donc les mecs qui seront sur le terrain samedi auront un très bon niveau, voire excellent même. Le LOU est l’un des gros plus budgets du Top 14, donc beaucoup de joueurs tapent aux portes du XV de France et des sélections nationales, même s’ils ne sont pas tous internationaux. Je pense à Lambey, Arnold, Chiocci, Berdeu, mais aussi à Pélissié, qui a été appelé en stage avec les Bleus plus d’une fois, ou encore à Fainga’a et à leurs jeunes ailiers qui sont en train de monter en puissance. C’est une très grande équipe, à nous de faire face à ce défi et de le relever du mieux possible, en étant appliqués, bon défensivement et réalistes à chaque fois que l’on ira dans leur camp. Et après, on verra bien la suite, si le match se goupille bien, mais je pense que tout est possible.

Pour terminer, un mot sur votre sélection avec les Barbarians Français, qui doit vous ravir…

T.C : C’est clair que cela fait très plaisir. C’est une belle récompense. Je suis très heureux de pouvoir rejoindre les Baa-Baas la semaine prochaine à Lyon et participer avec eux au match contre les Tonga. Cela va être un beau moment qu’il faut savourer. Il n’y a pas beaucoup d’opportunités de faire une sélection comme celle-ci, donc je vais essayer de prendre un maximum de plaisir, avec beaucoup d’autres joueurs de divers horizons. Je vais essayer de me régaler et de profiter à 200% de ces instants rares dans une carrière de joueur.

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Actu Rugby dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.





Source link

admin
the authoradmin

Laisser un commentaire