TORNAC La cave coopérative fête les 20 ans de sa conversion au bio le verre à la main

Jacques Blanc, président de la cave coopérative des Vignerons de Tornac, et Monique, chargée de la vente (photo François Desmeures / Objectif Gard)

La cave coopérative de Tornac fête, ce samedi 21 mai toute la journée, les 20 ans de sa conversion au bio (programme en fin d’article). L’an prochain, plus de 80 % du vignoble aura réalisé la bascule. Un peu en avance sur son temps, la cave a bénéficié de tarifs d’achat très avantageux avant que l’effet d’aubaine ne retombe. Pas assez, en tout cas, pour regretter ce choix. 

« Il y a 20 ans, on n’était que quelques-uns à travailler de façon assez proche du bio. » Pour Jacques Blanc, actuel président de la cave, la conversion s’est donc faite tout naturellement en 2002, quand la cave a pris le chemin du vertueux. « On a été quatre ou cinq à dire oui, puis rapidement plus de 50 %, ça valait donc la peine de s’y lancer. » À l’époque, seule la cave de Vergèze est déjà passée entièrement en bio dans le Gard, à la suite d’une réflexion visant à conserver saine la zone de captage des eaux de Perrier.

« La vente directe a suivi plus rapidement que le marché de gros »

Le bio s’immisce donc petit à petit dans la production, sans grosse révolution finalement. Et sans jalousie financière, « on a même dû en distiller au début », se souvient Jacques Blanc. « Les dix premières années, ça a quand même été compliqué. » Le temps d’ajuster la main d’oeuvre supplémentaire indispensable, d’habituer les marchés et de convertir les réticents qui se faisaient connaître à la cave, même si « la vente directe a suivi plus rapidement que le marché de gros ». Ces réboussiers ont quasiment disparu, « petit à petit, on a mieux vendu ». Jusqu’au « summum des années 2017-2020 », avec des prix atteignant le double du conventionnel. « Le marché a commencé à se tasser en 2021 », analyse le président des coopérateurs tornagais, qui concède que la hausse des cours « n’était pas justifiée à ce point, 30 % supplémentaire ç’aurait été plus logique ». La conversion de la plupart du vignoble, soit 80 %, sera réalisée en 2023, « 320 hectares, à la louche, sur les 400 de surface totale de vignes ». Le reste, ce sont avant tout d’anciens coopérateurs, petits par la surface, qui n’ont pas souhaité faire évoluer leur pratique.

Si les prix se tassent, c’est que Tornac, deuxième cave convertie du département donc, a depuis été rejointe par dix-huit autres, sans compter les initiatives vertueuses des caves particulières qui se sont elles aussi multipliées. Mais sa clientèle de vente directe – la cave écoule les deux tiers de ses vins par ce biais et en conditionné – est restée fidèle. Et surtout, « beaucoup ont des prix plus importants que nous, plaide Jacques Blanc. Pour le bassin économique d’Anduze, on vend aux prix qu’on estime justes. On a des bouteilles à 4 et 6 €. » Le caveau dispose aussi des vins plus onéreux, en rapport avec leur niveau d’élevage.

En matière de production, la cave coopérative des vignerons de Tornac confirme les cépages régionaux. « Le changement du climat nous oblige à prendre ça en compte », soutient son président. Le cinsault confirme son retour en force, carignan, grenache et syrah restent importants et le merlot, cépage bordelais, réagit plutôt bien. La coopérative voit aussi d’un bon oeil la décision de l’Indication géographique protégée (IGP) Cévennes d’accentuer la conversion biologique de son appellation.

Seule – la fusion avec la cave de Massillargues ayant fait long feu il y a une vingtaine d’années -, la coopérative de Tornac sera donc en fête ce samedi 21 mai, ainsi que ses terroirs de Monoblet, Anduze ou Massillargues. La cave attend près de 200 personnes au buffet Bienvenue à la ferme, en plus du public espéré pour les balades et les dégustations, « devant l’église de Tornac, entre une vigne de merlot et une vigne de chardonnay, qui composent majoritairement les vins d’ici », décrit Jacques Blanc. De quoi voir les ceps remplis de fruits, après un millésime fendu par la gelée noire.

François Desmeures

francois.desmeures@objectifgard.com 

Programme

Samedi 21 mai : rendez-vous à la cave de Tornac. Balades gratuites et commentées dans le vignoble et les hameaux de Tornac (3,6 km), stand de dégustation à mi-parcours. Départs à 10h, 10h30, 14h30, 15h. Visites de cave toute la journée. Balade en trottinette électrique avec Trott’in Gard : départ à 10h. Présentation du label Territoire bio engagé à 12h. Buffet à 12h30. Contact : 04 66 61 81 31 ou contact@vignerons-tornac.com

Source link

admin

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *