Transition écologique à Abbeville : Le maire Pascal Demarthe liste les actions menées

Pascal Demarthe, maire d'Abbeville (Somme), a souhaité réagir à la motion déposé par les élus d'opposition.
Pascal Demarthe, maire d’Abbeville (Somme), a souhaité réagir à la motion déposé par les élus d’opposition. (©Le Journal d’Abbeville)

La motion déposée en conseil municipal le lundi 19 septembre 2022 par le groupe « Abbeville demain, Abbeville debout » a fait réagir au sein de la majorité de la municipalité d’Abbeville (Somme).

Et c’est par la voix de son maire, Pascal Demarthe, qu’elle a exposé l’ensemble des actions menées depuis des années. 

Comme l’ensemble de nos concitoyens, tous ici présents, nous constatons concrètement les effets dévastateurs du dérèglement climatique. L’été qui vient de s’écouler – avec des épisodes de chaleurs et des incendies d’une grande violence – mais aussi les pluies diluviennes qui se sont abattues sur certaines parties de notre pays, dont notre région, en sont les illustrations les plus marquantes. La prise de conscience est là – elle est même là depuis le début au sein de notre équipe municipale – même si les choses n’iront jamais assez vite à mon goût et même si nos actes, au niveau local, ne seront jamais assez puissants pour rétablir les équilibres environnementaux abîmés par des décennies d’activité humaine.

Pascal DemartheMaire d’Abbeville

Plus de 900 000 € de travaux

Dans sa réponse au groupe d’opposition, le maire a détaillé les nombreuses actions qui ont été menées depuis son élection. D’ailleurs, au sujet de la rénovation thermique, de nombreux travaux ont été effectués :

En 2022, 564 500 € ont été investis pour changer l’intégralité des fenêtres de la mairie. L’année précédente, près de 350 000 € ont été dépensés dans des travaux d’isolation du CM 17, l’Espace 1901, le bâtiment Saint-Jacques ainsi que différents travaux dans les logements de fonction.

« A notre humble niveau local – car je suis persuadé que les enjeux sont à porter aux échelons nationaux, européens et mondiaux – nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir avec les moyens dont nous disposons » enchaîne Pascal Demarthe avant d’énumérer les différentes études menées actuellement pour l’isolation des logements de fonction, la pose de panneaux photovoltaïques sur des bâtiments municipaux et l’installation de cuves de récupération d’eau.

Eclairage public

Au sujet de l’éclairage public, Pascal Demarthe a tenu à apporter quelques précisions : « Actuellement, 20 % de notre parc est en LED. D’ici 2028 et la fin de notre contrat de performance énergétique lancé en 2013, nous aurons atteint les 50 % du parc avec cette technologie qui permet de réaliser une économie de 70 % de consommation énergétique. »

« Elle permet également de mettre en place une gradation de l’intensité lumineuse, en la réduisant de 50 % de 22 h à 6 h du matin. Grâce à cela, nous effectuons une économie supplémentaire sans avoir à éteindre l’éclairage public la nuit. Parallèlement, nous travaillons à la mise en place d’un éclairage dynamique sur certains secteurs de la ville (à l’étude), avec un éclairage qui pourraient ne s’allumer qu’en fonction de la détection de présence. »

Vidéos : en ce moment sur Actu

« Tout cela représente un investissement moyen d’environ 500 000 € par an. Je pourrais également évoquer notre programme d’enfouissement des réseaux, à hauteur de 3,2 millions d’euros sur 6 ans, de 2021 à 2027, avec passage systématique de l’éclairage en LED. Toujours concernant l’éclairage public : les décorations lumineuses de Noël. Nous les éteignons déjà de 23 h à 6 h du matin. Cela permet à chacun d’en profiter et de s’émerveiller, sans consommer inutilement d’énergie au milieu de la nuit. »

« Enfin, nos services étudient parallèlement de nouvelles pistes d’économie qui, si elles s’avèrent efficaces, pourraient nous amener à aller encore plus loin ».

Restauration des milieux naturels

Autre sujet abordé, la restauration des milieux naturels, autonomie alimentaire.

« L’éco pâturage se développe. Le chantier maraîchage au lieu-dit de la ferme Robart qui est un véritable succès puisqu’il nous a permis de fournir des légumes cet été aux bénéficiaires du CCAS et des associations caritatives, à nos aînés du foyer La Barre et du foyer Robert Page, aux bénéficiaires du portage à domicile, mais aussi, à la rentrée scolaire, aux cantines abbevilloises. »

« Sans oublier, bien entendu, les apprenants eux-mêmes des chantiers d’insertion. Je pourrais également parler du projet de mini-forêt urbaine ou encore des actions de mise en valeur que nous portons au parc de la Bouvaque ».

« Enfin, concernant la crise énergétique qui secoue la France et le monde, la ville d’Abbeville sera également au rendez-vous des décisions difficiles que les collectivités ont à prendre. »

Réunion avec les DGS

« J’ai réuni les DGS (directeur général de service) de la Ville et de la Communauté d’agglomération de la Baie de Somme ainsi que les directeurs de nos services techniques dès la reprise, dernière semaine d’août, dévoile l’élu. Avec une feuille de route claire : examiner équipement public par équipement public toutes les pistes d’économie envisageables. »

« En fonction du niveau de pertinence des économies réalisables, et du niveau de qualité de service public que nous devons rendre à nos habitants, nous prendrons les décisions qui s’imposent. C’est à ce moment-là que nous communiquerons ».

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Le Journal d’Abbeville dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.





Source link

admin

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.