Un gendarme sauve in extremis une fille de 12 ans d’une mort certaine dans les Alpes-Maritimes. Il raconte

La patrouille rentrait à la brigade quand le Centre opérationnel a reçu l’appel d’un témoin. Une fillette était signalée assise sur le rebord d’un toit à une dizaine de mètres de hauteur.

Antony,  accompagné d’un élève gendarme qui effectuait sa toute première patrouille, se rend aussitôt sur place. Il se confirme qu’une pensionnaire du foyer est en grand danger et menace de se jeter dans le vide. Anthony cherche un accès au toit mais le personnel présent sur place ne peut le renseigner.

Il décide alors de se rendre dans la chambre de l’enfant. Il constate que la petite s’est servie du bardage en bois de la façade comme d’une échelle pour accéder au toit. Il escalade à son tour la façade pour rejoindre, avec les précautions d’usage, l’enfant. « Par chance, il l’avait déjà rencontrée. Il connaissait son histoire, savait qu’elle avait été victime de mauvais traitements. C’est tout l’intérêt d’avoir des gendarmes bien implantés sur leur territoire, observe Romain Vezin. Il a pu s’asseoir à côté d’elle et entamer le dialogue qui a duré une vingtaine de minutes », poursuit le commandant Vezin.

Soudain effrayée par un bruit extérieur, l’enfant s’est mise à courir et au moment où elle s’élançait dans le vide pour en finir, le gendarme l’a rattrapée par le poignet, manquant à son tour de basculer.

Deux sapeurs-pompiers sont aussitôt intervenus pour prendre en charge l’enfant et la conduire à l’hôpital Lenval où elle est en soins.



Source link

admin

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.