A la une

Une commune rejette le programme local de l’habitat du Cotentin

Avec l'application du PLH, il sera plus difficile de construire sur Sideville.
Avec l’application du PLH, il sera plus difficile de construire sur Sideville. (©La Presse de la Manche)

Le conseil municipal de Sideville (Manche) a fait sa rentrée. À cette occasion, le maire Henri Destrès a demandé une minute de silence en mémoire de Louis Vautier décédé le mois dernier. Il a été maire de la commune pendant 30 ans. 

Il est à l’origine d’une nouvelle dynamique pour notre commune avec notamment l’achat du bâtiment des Papillons Blancs dans lequel l’école a été transférée.

Henri DestrèsMaire de Sideville

« En notre défaveur »

Comme dans tous les conseils municipaux du Cotentin, celui de Sideville s’est prononcé sur le Plan local de l’habitat du Cotentin (PLH). Le maire a rappelé que ce document était issu du Scot élaboré en 2011, et que le territoire de Douve et Divette était le seul à avoir rempli ses objectifs.

Ce document classe les communes par catégories et leur octroie un quota d’habitations : pôles de réseau, pôles d’équilibre, tête de réseau (Martinvast et Tollevast), communes rurales de proximité (Couville, Hardinvast, Teurthéville-Hague, Virandeville) et communes rurales (Sideville, Nouainville, Saint-Martin-le-Gréard). Pour Douve et Divette, l’objectif de croissance fixé est de 806 logements sur vingt ans. Pour la commune de Sideville, ce sont onze constructions sur six ans. 

Il y a des choses intéressantes dans ce programme avec ses quatre orientations, ses quinze actions, mais la répartition ne nous convient pas, elle est en notre défaveur car elle ne prend pas en compte la dynamique de notre territoire. C’est la mort annoncée des écoles, du commerce rural et le déclin des communes rurales.

Henri Destrès

Abstention à Bretteville

Conformément au code de la construction et de l’habitation, ce projet de programme local de l’habitat (PLH) doit être soumis à l’avis des communes concernées et à l’organe compétent en matière de schéma de cohérence territoriale (Scot), lesquels ont deux mois pour délibérer. Ce projet de PLH s’articule autour de grandes orientations : répondre à l’ensemble des besoins, fluidifier les parcours résidentiels pour les habitants, massifier la rénovation thermique des logements, poursuivre et amplifier l’amélioration de l’habitat, accompagner la dynamique de l’agglomération en assurant un développement de l’habitat équilibré et diversifié entre les pôles tout en privilégiant les centralités et en luttant contre la vacance, organiser le PLH pour faire de l’habitat une politique structurée de développement territorial.
« Pour le moment le Scot n’est pas encore validé car monté sur des hypothèses. C’est avant tout un problème de calendrier mais nous ne pouvons pas aujourd’hui donner un avis éclairé sur le PLH. Je préconise donc une abstention », a invité le maire Jean-Paul Maze, suivi par l’ensemble du conseil.

Un vote unanime 

À l’unanimité, le conseil a voté un avis défavorable au PLH. A l’ordre du jour du conseil municipal, beaucoup d’autres délibérations ont concerné le nouveau bâtiment périscolaire : des travaux d’électricité et de plomberie, la protection incendie, le déplacement de matériel de cuisine, l’achat de tables de travail en inox et l’achat d’une cuisinière électrique.

Le conseil a validé la convention avec Enedis pour le déplacement du transformateur de la Grosse Pièce et le transférer en bordure du parking contigu à la salle des Roches. Le nouveau transformateur sera plus puissant.

Lors des questions diverses, le maire a proposé d’engager une réflexion avec tous les partenaires pour donner un nom à l’école.

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre La Presse de la Manche dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.





Source link

Quelle est votre réaction ?

Articles Similaires

1 of 10 967

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.