Une touriste française tuée par des chiens errants au Sahara

Publié

MarocUne touriste française tuée par des chiens errants au Sahara

Une quadragénaire qui s’était éloignée à pied de son hôtel dans la commune d’El Argoub a été attaquée par une meute.

Un chien dans la vallée du Draa au Maroc (image d’illustration).

Un chien dans la vallée du Draa au Maroc (image d’illustration).

imago images/Raquel Carbonell

Une touriste française est décédée mardi de ses blessures après avoir été mordue par des chiens errants dans une station balnéaire du Sahara occidental, dans le sud du Maroc, ont indiqué mercredi les autorités locales.

La victime, âgée de 44 ans et dont l’identité n’a pas été divulguée, a été attaquée par une meute de chiens errants alors qu’elle s’était éloignée à pied de son hôtel dans la commune d’El Argoub, ont précisé les mêmes sources.

Selon les premiers éléments, la ressortissante française était arrivée mardi à El Argoub, une station balnéaire connue pour la pratique du kitesurf, au bord de l’Atlantique, située à 70 km de Dakhla, chef-lieu de la province d’Oued Eddahab, une région du Sahara occidental sous contrôle marocain.

Une enquête a été ouverte par la gendarmerie, sous la supervision du parquet, pour élucider les circonstances de cet incident, ont ajouté les autorités locales. La prolifération des chiens errants est un véritable fléau dans tout le Maghreb.

D’autres cas et une ébauche d’explication

Une collégienne décède après une attaque de chiens errants en Tunisie, un garçonnet tué par une meute en Algérie… La prolifération des chiens errants préoccupe le Maghreb, mais l’abattage systématique, principale solution adoptée face à ce phénomène, est décrié par les défenseurs des animaux.

En avril 2022, le parquet de Gabès, dans le sud-est de la Tunisie, a ouvert une enquête à la suite du décès d’une jeune fille de 16 ans, agressée par des chiens sur le chemin de l’école. Les habitants de cette région agricole s’étaient récemment plaints de la forte augmentation du nombre de chiens errants qui s’en prennent aussi au bétail.

En Algérie, début mars 2022, c’est le petit Salah Eddine, 12 ans, qui a été «dévoré par des chiens» à Blida, près d’Alger, selon son oncle qui a raconté qu’«il ne restait que les os de la partie basse de son corps».

Ébauche d’explication sur cette prolifération des chiens errants en Tunisie, les habitants ont eu recours aux chiens ces dernières années plutôt qu’à de coûteux systèmes d’alarme pour protéger leurs propriétés, explique à l’AFP Nowel Lakech, présidente de l’association de Protection des animaux de Tunisie (PAT).

Mais les abandons sont fréquents, surtout quand les femelles ont des petits. Ainsi, il n’est pas rare pour un passant de se retrouver nez à nez avec une meute de chiens dans la capitale. 

(AFP)





Source link

admin

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.