A la une

Val-d’Oise. Le passage à niveau « le plus dangereux de France » à Deuil-Montmagny sera supprimé en 2025

Lieu de passage quotidien de milliers d'automobilistes et de piétons, le passage à niveau était depuis longtemps dans le viseur de l'État.
Lieu de passage quotidien de milliers d’automobilistes et de piétons, le passage à niveau était depuis longtemps dans le viseur de l’État. (©Archives F.C.)

Trois décès et 67 accidents en quinze ans. Tel est le lourd bilan du passage à niveau de Deuil-Montmagny (Pn4). « Le plus dangereux et le plus accidentogène de France », pointe du doigt la maire (Uvo) de Deuil-la-Barre et vice-présidente du Département, Muriel Scolan. Attendue depuis de nombreuses années par l’élue, la fermeture du site, initialement prévue en 2022, n’a eu de cesse d’être repoussée. Véritable serpent de mer, le projet devrait enfin aboutir après dix ans de discussions.

Enquête publique

Adopté par le Conseil départemental du Val-d’Oise vendredi 24 septembre, celui-ci prévoit la fermeture définitive du Pn4 pour le premier semestre 2025. Il reste toutefois suspendu à la conclusion de l’enquête publique qui ne devrait pas être un frein au projet déjà sur les rails estime Muriel Scolan.

« Durant un an nous avons mené des concertations auprès de la population. Même si celle-ci change, la suppression du passage à niveau est acceptée depuis longtemps. » L’élu souligne, par ailleurs, que « l’objectif de l’État est de tenir le calendrier ».

Muriel Scolan Maire (Lr) de Deuil-la-Barre et conseillère départementale

Lieu de passage quotidien de milliers d’automobilistes et de piétons, avec notamment la proximité du lycée Camille-Saint-Saëns, le passage à niveau était depuis longtemps dans le viseur de l’État. En 2017, il était inscrit « en première position sur la liste du ministère des Transports », assurait Jean Trarieux, chef de projet chez Scnf Réseau lors d’une réunion publique à Montmagny.

37% des accidents

Cette année là, il représentait 37 % des accidents des douze passages à supprimer en France.

Le 21 novembre 2013, une femme de 51 ans est décédée parès avoir été percutée par un train de la ligne H.
Le 21 novembre 2013, une femme de 51 ans est décédée parès avoir été percutée par un train de la ligne H. (©Archives)

Si de nombreuses études avaient ainsi été menées pour sécuriser le site, sa suppression était devenue inéluctable. Restait à mettre tout le monde d’accord. « Nous avons eu du mal à trouver un projet qui remporte les faveurs de tous les partenaires », confie la maire de Deuil-la-Barre. En effet, à l’inverse des piétons qui ont accès au passage souterrain, il est impossible pour les véhicules de passer au-dessus ou en-dessous des rails.

Un passage meurtrier

Certains s’en sont sortis miraculeusement. D’autres ont toutefois payé de leur vie leur imprudence. En quinze ans, le passage à niveau de Deuil-Montmagny à été le thêatre de nombreux accidents, 67 en tout, dont trois se soldant par un décès.
Le 21 novembre 2013, une femme de 51 ans était ainsi tuée sur le coup après avoir été percutée par un train de la ligne H. Selon des témoins, la victime avait tenté de traverser à pied le passage à niveau alors même que les barrières étaient abaissées et que les signaux lumineux étaient allumés. Cette dernière tentait ainsi d’attraper son train à l’arrêt en gare.
L’imprudence des usagers. Telle est l’attitude pointée du doigt par la Sncf pour expliquer une grande partie des accidents survenus au passage à niveau. « À de trop nombreuses reprises, les automobilistes ne font pas attention et s’avancent sur les rails alors que la circulation est à l’arrêt devant eux », confie Muriel Scolan, la maire (Uvo) de Deuil-la-Barre. C’est ainsi que le 15 décembre 2015, un conducteur s’est retrouvé coincé au moment où les barrières se sont baissées. Paniqué à l’approche du train ,le conducteur a tenté de pousser l’autre véhicule devant lui. Par miracle, l’automobiliste percuté par le train ne sera que légèrement blessé.
Le 3 janvier 2017, c’est un accident similaire dont avait été victime une conductrice âgée d’une quarantaine d’années. S’étant engagée sur le passage à niveau déjà encombré, elle s’est retrouvée sur celui-ci à l’arrivée d’une rame du Transilien en provenance de Paris-Nord. Sous la violence du choc, la voiture avait été projetée du côté de Montmagny. L’automobiliste, légèrement blessée, avait été transportée à l’hôpital d’Eaubonne. Le 3 octobre de la même année, un Transilien de la ligne H, Paris-Gare du Nord-Luzarches, avait percuté une fourgonnette qui s’était retrouvée bloquée dans la circulation au milieu des voies. Le train roulait toutefois à faible allure au moment du choc. Le conducteur de l’utilitaire et son passager avaient ainsi pu descendre à temps et sortir indemnes de l’accident.

Après de longues concertations, un passage a finalement été trouvé à 800 mètres au sud, à hauteur du chemin de la Plante-des-Champs. « La commune de Deuil va utiliser les voiries actuelles. Du côté de Montmagny, des parcelles d’un site en friche doivent être achetée par la Ville. Une nouvelle voirie et un bassin de rétention seront ensuite créés. » Des pistes cyclables devraient également être aménagées.

Début des travaux 2023

Si Muriel Scolan souligne qu’il s’agit là d’une « possibilité à moindre coût », le montant reste élevé. Le projet est estimé à 37 millions d’euros hors taxes. Si 20 millions d’euros seront pris en charge par la Sncf pour mener les travaux ferroviaires, les 17 millions d’euros restant pour la route seront financés par l’État et la Région à hauteur de 12,5 millions d’euros, alors que le Département devra débourser 4,5 millions d’euros.

Lieu de passage quotidien de milliers d'automobilistes et de piétons, le passage à niveau était depuis longtemps dans le viseur de l'État.
Lieu de passage quotidien de milliers d’automobilistes et de piétons, le passage à niveau était depuis longtemps dans le viseur de l’État. (©F.C.)

Sauf en cas de retard, ce qui ne serait pas une première dans le monde ferroviaire, le départ des travaux est prévu pour l’été 2023. En attendant, la sécurité reste de mise sur le passage à niveau pour éviter que son étiquette de « plus dangereux de France » ne se vérifie par un nouveau drame.

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre La Gazette du Val d’Oise dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.





Source link

Quelle est votre réaction ?

Articles Similaires

1 of 11 090

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.