VAUVERT La Communauté de communes souffle le chaud et le froid sur les élus du conseil municipal

Ce lundi soir, en conseil municipal à Vauvert (Photo : Coralie Mollaret)

Lundi soir, les élus vauverdois ont tenu leur conseil de rentrée. Une séance publique dédiée aux fonds de concours, à l’extension du cimetière ou encore au partage de la taxe d’aménagement avec la Communauté de communes Petite Camargue. 

Comme les 1 117 écoliers vauverdois, les élus municipaux ont fait leur rentrée ce lundi soir. L’occasion pour le maire Jean Denat de dresser un bilan de l’été : « Très bon ! » Avant de développer : « On a tourné la page covid avec des Vauverdois contents de se retrouver pour faire la fête. On a même vu des gens que l’on ne voyait plus sortir… » Si l’été s’est bien passé, la rentrée s’annonce un peu plus compliquée… Avec la guerre en Ukraine, les collectivités subissent de plein fouet l’inflation, à laquelle s’ajoute la hausse du point d’indice des fonctionnaires qu’elles doivent également assumer.

Les fonds de concours multipliés par trois !

À Vauvert, une chose est sûre : « On n’augmentera pas les impôts. Si demain nous sommes confrontés à des difficultés, malheureusement ce sera les services aux populations qui seront impactés », poursuit l’élu socialiste. En attendant, « la vie reprend, notre détermination reste la même avec la mise en place de nos projets ». Et pour les financer, Vauvert peut compter sur la Communauté de communes Petite Camargue qui multiplie par trois le montant de ses fonds de concours, passant de 200 000 € en 2021 à 600 000 € en 2022.

Ces subventions sonnantes et trébuchantes sont allouées aux communes. « La Petite Camargue prend sur ses investissements pour favoriser les investissements communaux », se réjouit Jean Denat, fervent soutien du président André Brundu. Si le montant a changé, c’est aussi le cas des règles d’attribution : « Nous avons changé quelques critères en fonction des réalités des territoires. Par exemple, la ville de Vauvert a 110km de voirie quand Aubord n’en a que 10km. » 

Taxe d’aménagement : « Une solidarité forcée » 

Grâce à ces fonds de concours, la commune pourra notamment étendre son cimetière : « Notre projet permet de répondre aux besoins sur les dix prochaines années avec des places pleine terre, des caveaux bâtis, des préfabriqués… », introduit l’adjointe aux Finances et aux travaux, Annick Chopard. Coût de l’opération : 353 000 €, dont 177 000 € d’aides intercommunales. Si les Communautés de communes favorisent la réalisation de projets, elles crispent aussi les maires. La Petite Camargue ne fait pas exception…

Ces dernières années, les intercommunalités se sont dotées de plus de compétences, au détriment des mairies. Cette fois, dans le cadre de la loi de Finances 2022, l’État contraint les communes à verser une partie de leurs recettes liées à la taxe d’aménagement. « C’est une attaque frontale du Gouvernement qui est passé par ordonnance, c’est comme le 49.3 ! C’est un transfert de recettes, sans transfert de compétence. Une solidarité forcée ! », fulmine Jean Denat. Mais les maires n’ont pas le choix : « Si on ne le fait pas, le préfet d’autorité prendra la décision. » Les élus ont donc décidé de transférer un montant symbolique d’1 %.  

CM

coralie.mollaret@objectifgard.com

Et aussi : 

Deux nouveaux élus. Le conseil municipal a été l’occasion de présenter deux nouveaux élus : Jean-Paul Bertrand et Michel Matival qui remplaceront Renaud Napoléon et Sophie Leroy : « Ils nous ont quittés pour des raisons diverses et variées qui n’entachent en rien le soutien qu’ils nous apportent », précise le maire Jean Denat. Doyen du conseil municipal, Jean-Paul Bertrand s’occupera de l’Action sociale et Michel Matival, le benjamin de l’assemblée et architecte de profession, « poursuivra et amplifiera la politique de mise en valeur de notre patrimoine ».  



Source link

admin

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.