A la une

Vendanges dans le sud de l’Aisne. Une récolte écourtée à Charly-sur-Marne…

L'heure de la pause : un des bons moments des vendanges.
L’heure de la pause : un des bons moments des vendanges. (©Le Pays Briard)

Un ouf de soulagement. Les bouquets de fin de vendanges fleurissent dans le secteur et sur les tracteurs. Ils sont accrochés aux grilles de plusieurs maisons de champagne après des récoltes menées en quelques jours seulement avec des résultats en dents de scie en fonction des expositions.

Cette année restera dans les mémoires comme une période mitigée voire sombre et de toute façon à oublier tant les aléas climatiques sont venus perturber dans certains coins de la vallée de la Marne la maturité des raisins et donc finalement la cueillette.

Des dégâts

Au point que certaines maisons comme le champagne Jean-Louis Petit à Chézy-sur-Marne, victime de l’orage du mois de juin, a tout perdu. Elle n’a pas fait de vendanges du tout. La maison Jean-Louis Petit annule aussi ses prochaines portes ouvertes prévues ces prochaines semaines d’octobre : « Malheureusement, les dégâts engendrés par l’orage de grêle du 19 juin dernier ne nous permettent pas d’organiser ce rassemblement dans les meilleures conditions, les travaux de réparation ne démarrant que fin octobre. »

C’est d’ailleurs chez lui que le nouveau préfet de l’Aisne, Thomas Campeaux et les élus locaux et régionaux se sont retrouvés pour la traditionnelle tournée des vendanges (sans couper de raisin) en présence du SGV (Syndicat général des vignerons) Champagne pour évoquer les conséquences du gel et des intempéries subies par les vignes axonaises, le manque de raisin et le rôle de la réserve individuelle.

Sur place, les démarches environnementales de la profession viticole ont aussi été pointées sans oublier les difficultés liées à l’emploi.

Récolte en baisse

Au-delà des habitués qui reviennent d’une année sur l’autre, le manque de main-d’œuvre s’est cruellement fait sentir. Jusqu’à la veille du début de la cueillette, beaucoup de viticulteurs ont recherché, via les réseaux sociaux, des coupeurs.

« Ce n’est pas une superbe année en quantité, mais ici les raisins sont beaux, c’est déjà ça », témoigne pour sa part le champagne Pierre Laurent de Saulchery alors qu’il coupe ce jour-là du chardonnay dans les coteaux d’ Azy-sur-Marne. Il ajoute : « Ce n’est pas faute d’avoir travaillé, mais nous récoltons 20 % de moins. Une année à oublier. »

La récolte s’est déroulée avec une alternance de journées pluvieuses et plus agréables avec comme point positif toujours cette bonne ambiance particulière sans oublier la traditionnelle pause casse-croûte et les bons repas qui président ces moments inoubliables au cœur du vignoble champenois.

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Le Pays Briard dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.





Source link

Quelle est votre réaction ?

Articles Similaires

1 of 11 091

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.