Home En bref VIDEO. Des policiers sur leurs chevaux à Lyon : c’est quoi cette brigade atypique ?
En bref

VIDEO. Des policiers sur leurs chevaux à Lyon : c’est quoi cette brigade atypique ?

Cinq policiers se partagent trois chevaux à Lyon pour patrouiller les rues.
Cinq policiers se partagent trois chevaux à Lyon pour patrouiller les rues. (©TZ / Actu Lyon)

Policiers et chevaux fonctionnent en binôme à Lyon au sein de la brigade équestre, une unité de police municipale pas comme les autres. Cinq agents se partagent actuellement trois chevaux pour patrouiller 7 jours sur 7 dans les endroits fréquentés de Lyon.

À lire aussi

  • Ils circulent à vélo : à quoi sert cette unité de police pas comme les autres à Lyon ?

« Ce n’est pas une promenade du dimanche »

« On est cavaliers, on aime nos chevaux, mais on est d’abord policiers », explique Émilie Gouel, cheffe de service en charge de la brigade équestre. Une unité réservée aux policiers municipaux qui ont le niveau « galop 5 ».

Nos chevaux sont des partenaires, on noue avec eux une connexion pour se comprendre et être efficace. Ils restent aussi nos véhicules et des outils de travail, ce n’est pas une promenade du dimanche.

Emilie GouelCheffe de service en charge de la brigade équestre

Cette brigade de police montée qui existe depuis 2015 s’adapte à la météo pour patrouiller sur près de 20 km par jour à Lyon. Il s’agit d’assurer une mission de prévention, de sécurisation, de contrôles, de surveillance et de proximité avec les Lyonnais.

Les policiers sont armés et peuvent être amenés à interpeller, mais ont besoin de renforts pour transporter un suspect.

À lire aussi

  • Lyon. Melioun, ce chien flic auquel rien n’échappe fait tomber les plus gros dealers

Un travail du quotidien

« Ce ne sont pas des chevaux comme les autres : eux sont habitués à circuler sur la voie publique. » Depuis leurs écuries dans le Parc de la Tête d’Or, ils travaillent chaque jour, dans leur paddock et leur carrière, à désensibiliser leurs chevaux aux bruits et à l’agitation de la ville.

Les policiers s’occupent eux-mêmes d’entraîner leurs chevaux, de les soigner, les nourrir, les récompenser pour leur travail, jeter leurs excréments… Pour des patrouilles de 4h30 au maximum, les agents travaillent de 9h30 à 18h30. Un métier « passion » qui s’accorde avec « le sens du devoir ».

Glad et Filou, deux Cobs normands, et Viking, un Selle français, offrent certains avantages aux policiers : la hauteur permet une large visibilité et a un effet dissuasif. Ils facilitent l’accès rapide sur les lieux d’intervention et favorisent le contact avec la population.

« On est souvent pris en photo, ça engage le dialogue. » Sur la place des Terreaux, mardi 24 janvier 2023, leur arrivée provoque une ambiance particulière. « Ça rend la police sympathique ! Ici, tout le monde parle des chevaux », s’exclame une passante en accostant les fonctionnaires.

Related Articles

En bref

Marne : Sylvie Bruneaux devient la nouvelle bâtonnière de saint Vincent

Fête faite de traditions, la Saint-Vincent fait honneur au village. ©LPB C’est...

En bref

Marne : le brevet des collèges, souvenir pour les uns, angoisse pour les autres…

Des élèves fiers de recevoir leurs diplômes ©DR Ils sont 73 anciens...

En bref

Foot (N3). Fougères poursuit son impressionnante série

Simon, double buteur ©La Chronique républicaine Il ne fallait pas arriver en...

En bref

Château-Thierry : collège et lycée à l’heure allemande

À l’issue de la réception à l’hôtel de ville. ©LPB Les élèves...